L'Action Agricole Picarde 23 décembre 2015 à 08h00 | Par Thierry Michel

Une tendance positive fragile en 2015 à confirmer en 2016

2015 restera peut-être comme une amorce de reprise. Le premier semestre pourrait le confirmer... ou pas !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AAP

«La reprise est lente, graduelle, progressive, mais elle est à l’œuvre. Nous aurions pu être plus optimistes s’il n’y avait pas eu les événements du 13 novembre. Oui, les attentats ont affecté l’économie française, notamment à cause des craintes et des incertitudes engendrées. La croissance et la consommation des ménages pourraient donc plier en cette fin d’année, mais elles résistent», affirmait Vladimir Passeron, chef du département de la conjoncture de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) le jeudi 17 décembre 2015 dans le dernier point de conjoncture de l’année. «Résistance» est du reste le mot choisi par les spécialistes de l’Insee pour qualifier l’économie française en général en ce quatrième trimestre de 2015 et à la veille de démarrer 2016.

Contretemps
La meilleure illustration de ce contretemps est l’indice du climat des affaires (qui synthétise l’opinion des chefs d’entreprise par rapport à leurs activités). En «amélioration» en novembre, il enregistre «une inflexion» en décembre, notamment dans le secteur des services comme l’hôtellerie et la restauration. Toutefois, il ne «décroche pas». Cet indicateur du climat des affaires est du reste retourné en territoire positif depuis le mois d’août (valeur supérieure à 100, c’est-à-dire que le solde des opinions positives des chefs d’entreprise est supérieur à celui des opinions négatives, une situation qui avait disparu depuis mi 2011). En atteignant le niveau de 102, il est au plus haut depuis quatre ans. Mais, bien évidemment, ceci reste très fragile.
Autre infléchissement : celui de la croissance économique en décem­bre, ce qui aboutit à une révision à la baisse de cet indicateur pour le quatrième trimestre de 2015 : d’une prévision de + 0,4 % prévu en octobre lors du précédent point de conjoncture, l’Insee passe à seulement + 0,2 %. Pour mémoire, il convient de rappeler que le PIB de la France avait crû de 0,3 % au troisième trimestre 2015 contre + 0,2 % prévu.

Bon démarrage 2016
En revanche, le début de 2016 paraît plus prometteur. «Au premier semestre 2016, on assisterait à une accélération de la croissance, à + 0,4 % par trimestre. Ce taux serait identique à celui de la zone euro ( la croissance française avait pris la fâcheuse habitude d’être à la traîne de cette zone économique dans les trimestres précédents, ndlr)», indiquait ainsi Vladimir Passeron.
«La reprise est enclenchée en France», renchérissait Dorian Roucher, chef de la division synthèse conjoncturelle. Avant de poursuivre : «La production manufacturière continuerait de progresser modérément d’ici mi-2016.» Les effets négatifs des attentats auraient tendance à s’estomper et la consommation des ménages, après avoir reculé de 0,1 % au quatrième trimestre 2015 rebondirait à + 0,5 et + 0,4 % respectivement au premier et deuxième trimestre 2016 (avec une réelle dynamique sur les produits manufacturés et les services marchands). Côté inflation, on enregistrerait «une légère hausse, mais resterait très faible d’ici mai-2016», précisait Dorian Roucher.
D’autres bonnes perspectives pour 2016 se font jour en cette fin d’année. Pêle-mêle : le pouvoir d’achat des ménages resterait solide pour ce premier semestre alors que la demande extérieure adressée à la France, couplée à la dépréciation de l’euro, soutiendrait les exportations. L’Insee attend également un signal au niveau des investissements des ménages, qui cesseraient de reculer. Côté entreprises, le taux de marge «augmenterait encore» alors que leur capacité d’autofinancement atteindrait un seuil inégalé depuis 2007 (92 %).

Emploi et chômage
Ce sont bien sûr les éléments de conjoncture les plus scrutés par les Français, d’autant que le président de la République en a fait la condition (l’inversement de la courbe) pour se présenter à un deuxième mandat. Une esquisse de bonne impression semble se dessiner : «L’emploi total ne faiblirait pas au début 2016 et le chômage baisserait légèrement et retrouverait mi-2016 son niveau de mi-2015», écrit l’Insee dans sa note de conjoncture. Ceci ne vaut pas retournement de la courbe, bien sûr, et il restera à voir le reste de l’année ensuite.
Ce qui paraît, en revanche, intéressant, c’est que les emplois aidés du secteur public ne sont plus le moteur de la création d’emploi (et c’est vrai pour le deuxième semestre 2015 aussi), le relais étant pris par les emplois marchands et les autres emplois (non marchands-non aidés, non-salariés...). Au premier semes-tre 2016, 73 000 emplois seraient créés contre 57 000 au dernier trimestre 2015 (69 000 au premier semestre 2015 et 23 000 au deuxième semestre 2014 alors que la France détruisait des emplois fin 2012-début 2013).
Pour ce qui concerne le chômage, on peut constater, pour le premier semestre 2016, des créations d’emplois plus nombreuses que l’augmentation de la population active. De ce fait, le taux de chômage diminuerait à 10,4 % de la population active d’ici mi-2016. Il avait atteint 10,6 % au troisième trimestre 2015. Là encore, tout reste fragile, et il faudra détailler avec attention l’action massive annoncée au lendemain des élections régionales sur la formation des chômeurs (apprentissage au niveau des régions) pour avoir une idée de la suite sur ce sujet.

Risques
Même s’il existe un faisceau de bonnes nouvelles, il convient de rester très prudent. L’affirmation de la reprise est conditionnée par beaucoup de facteurs non maîtrisables par la France elle-même. Si l’on ignore la durée des effets des attentats sur le comportement de consommation des ménages, on ne peut pas non plus exclure de nouveaux coups durs de ce côté. Et la baisse significative du chômage n’est toujours pas à l’ordre du jour.
Dans un contexte plus global, le ralentissement des économies émergentes pénalise bien sûr l’ensemble des économies développées. La Chine enregistrerait l’une de ses croissances économiques annuelles la plus faible (+ 6,9 % en 2016), mais avec des importations qui se redresseraient. Parmi les économies développées, il faudra bien évidemment surveiller les Etats-Unis (arrivés aux limites de l’actuelle politique monétaire et proches d’élections présidentielles) et l’Allemagne (avec enfin des ménages allemands qui se mettent à consommer). 2016 serait aussi une année de rebond pour le commerce mondial. Enfin, les prévisions économiques actuelles pour le début 2016 sont réalisées avec un baril de pétrole type Brent à
45 dollars.
Le début d’année sera riche en annonces conjoncturelles avec quelques dates qui aideront sans doute à y voir plus clair : le 6 janvier paraîtra une enquête de conjoncture auprès des ménages français et, le 3 mars, le Bureau international du travail publiera son taux de chômage pour le quatrième trimestre 2015. Pour la conjoncture française, rendez-vous est pris pour le 17 mars 2016 avec une nouvelle note de conjoncture de l’Insee.

Alimentation

L’Insee prévoit que les prix de l’alimentation devraient progresser, en glissement annuel, de 0,2 % d’ici à juin 2016, soit au même rythme que l’inflation générale. Par rapport à cette dernière, les produits frais augmenteraient plus fortement que les autres. L’inflation alimentaire avait progressé de 0,9 % sur un an en décembre 2015 et de 0,4 % sur un an en juin 2015. Les produits frais avaient augmenté beaucoup plus vite sur ces deux périodes que ce qui est prévu à l’échéance de juin 2016. La consommation des ménages rebondirait au premier semestre 2016 donc. Mais ce sont plutôt les secteurs des services, de l’habillement, de l’équipement du logement et de l’automobile qui en bénéficieraient. Le secteur alimentaire se redresserait un tout petit peu sur les deux premiers trimestres par rapport aux deux premiers trimestres précédents.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture de Picardie

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous

    À LA UNE DANS LES RÉGIONS

    » voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui