L'Action Agricole Picarde 15 janvier 2020 à 11h00 | Par Réussir

ZNT : «1% de déprise agricole» mais des contestations

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La FNSEA va «bloquer les stations d'épuration dans les prochains jours» afin d'obtenir une réponse du gouvernement à sa demande de moratoire sur les zones de non-traitement (ZNT), a annoncé Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat, lors d'une conférence de presse le 14 janvier. Une action menée en concertation avec les JA, qui doivent se prononcer à ce sujet en bureau national le 15 janvier.

Les syndicats appelleront les agriculteurs à refuser de prendre en charge les boues de station d'épuration. «L'épandage des boues est un service rendu par les agriculteurs à la société», rappelle Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA. «Les municipalités et les gestionnaires de stations devront trouver une alternative à l'épandage agricole, ce qui leur coûtera dix à vingt fois plus cher», avance Jérôme Despey. La FNSEA demande un moratoire afin de finaliser les deux chantiers qui permettraient aux agriculteurs de réduire les ZNT réglementaires (5 m pour les cultures basses, 10 m pour les cultures hautes).

Premier d'entre eux : les chartes d'engagement. «Avec la procédure pour les valider, elles ne seront pas appliquées avant six mois», précise Eric Thirouin, secrétaire général adjoint. Deuxième élément: les travaux en cours à l'Anses sur l'efficacité des moyens de réduction de la dérive, qui permettront de traduire les pratiques agricoles (haies, filets, etc.) en équivalent-ZNT.

Les ZNT vont représenter «1% de déprise agricole»

Lors de la conférence de presse du Salon de l'agriculture, le 14 janvier, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume est revenu sur les zones de non-traitement (ZNT), expliquant qu’il ne peut pas y avoir de moratoire, comme le demande la profession, car le gouvernement n’aurait pas la main. C’est le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative, qui impose, selon lui, la création des ZNT et non le gouvernement. «Nous n’y pouvons rien. Nous les avons mises en place. Cela représente 1% de déprise agricole, je souhaite que ça devienne des surfaces d’intérêt écologique (SIE).»

Le cabinet du ministre a précisé à Agra Presse qu'«1 % de la SAU française serait concernée par les ZNT, d'après le service de statistique du ministère». Quant aux derniers chiffres sur l’usage des produits phytos, «cela m’inspire de la tristesse alors que l’on en est au 3e plan Ecophyto», a déclaré Didier Guillaume, tout en soulignant que l’usage des produits les plus toxiques n’a pas augmenté et que le cuivre et le soufre représentent 25 % du total. «Les ONG ont raison de ne pas être contentes, et on reste sur l’objectif de - 50 % en 2025», a rappelé le ministre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui