L'Action Agricole Picarde 28 juin 2017 à 08h00 | Par Anaïs Moineau

Zones vulnérables : accompagner les éleveurs

Les réunions d’information zones vulnérables se sont terminées mardi dernier à Caulières.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FDSEA était accompagnée de la DDTM, la Chambre d’agriculture de la Somme et d’Avenir conseil élevage. 
La FDSEA était accompagnée de la DDTM, la Chambre d’agriculture de la Somme et d’Avenir conseil élevage.  - © © A. M.


Une cinquantaine de personnes étaient présentes lors de l’intervention à Toeufles tandis que pour Ailly-le-Haut-Clocher et Caulières seulement trente éleveurs ont fait le déplacement. Le mot d’ordre de ces réunions a pourtant été l’accompagnement. Tous les enjeux du nouveau zonage ont été abordés et clarifiés par les quatre organismes et les questions ont trouvé réponses.

Maître-mot des démarches à faire pour le 30 juin : renvoyer la déclaration d’intention d’engagement dans des travaux de mise aux normes. Nom barbare qui en a effrayé plus d’un, en réalité cette attestation n’est pas un engagement officiel dans la réalisation de travaux, loin de là ! Elle permet, au contraire, de bénéficier d’un an supplémentaire pour étudier sa situation (jusqu’au 1er octobre 2018). Il est possible d’envoyer en même temps, ou plus tard dans l’année, la demande de prolongation pour profiter d’un an de plus encore, jusqu’au 1er octobre 2019.

Continuer à se battre
Le combat n’est pas fini contre les zones vulnérables. Un recours a été déposé contre l’arrêté du 18 novembre 2016 faisant acte des nouvelles communes concernées par la réglementation. Nous attendons que celui-ci recule comme en 2012 et 2015. De plus, la directive nitrate s’applique sur deux plans d’action : un niveau national et un niveau régional.
Le plan d’action régional (PAR) ne peut que renforcer les directives nationales avec l’ajout de nouvelles contraintes liées au territoire. Pour cela, un avis de principe a été obtenu de la Dreal et de l’Agence de l’eau pour que le PAR soit maintenu à un niveau de restriction le plus bas possible, c’est-à-dire le plus proche du niveau national.
Enfin, l’étude de la situation des élevages par l’intermédiaire d’un dossier Dexel, a un prix élevé (en moyenne 500 €). Une demande a donc été déposée auprès de l’Agence de l’eau pour qu’elle prenne en charge le financement total de cette procédure. Une enquête de la chambre d’agriculture, du CerFrance et d’Avenir conseil élevage est d’ailleurs en cours auprès des exploitations pour estimer le nombre d’élevages qui seront concernées par le Dexel.

La FDSEA de la Somme vous propose un service d’accompagnement pour la réalisation de votre simulation
pré-Dexel avec un conseiller.
Renseignements au 03 22 53 30 65

- © AAP

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Action Agricole Picarde se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
L’actualité en direct
Chambre d'agriculture de Picardie

    Les ARTICLES LES PLUS...

    Voir tous

    Voir tous