Aller au contenu principal

100 millions d’euros pour développer les protéines végétales

Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, a dévoilé le 1er décembre le plan protéines qui sera mis en application à partir du 1er janvier 2021. Il sera doté de 100 millions d’euros (100 M€) auxquels s’adjoindront des financements complémentaires.

La France, qui importe la moitié de ses protéines, dont le soja, pour l’alimentation animale, veut inverser cette tendance.
La France, qui importe la moitié de ses protéines, dont le soja, pour l’alimentation animale, veut inverser cette tendance.
© Terres Univia



«La crise sanitaire a montré la résilience de la production alimentaire française et aussi révélé sa vulnérabilité, sa dépendance vis-à-vis d’un certain nombre de denrées, dont les protéines», a d’emblée indiqué Julien Denormandie. En effet, la France importe la moitié de ses protéines, principalement celles à destination de l’alimentation animale, et cette situation, de l’avis du ministre, n’est plus tenable. C’est pourquoi, après une longue concertation avec les acteurs des différentes filières, le ministre ambitionne de «réduire notre dépendance aux importations des États-Unis et d’Amérique du Sud», avec l’objectif d’augmenter les surfaces en légumineuses de 40 % dans les trois prochaines années. Aujourd’hui, les surfaces dédiées à ces cultures représentent un million d’hectares. «L’objectif est de doubler cette surface d’ici 2030 et les + 40 % attendus d’ici 2023 représentent une étape intermédiaire», a précisé Julien Denormandie. «On essaie de rompre avec le système organisé, de créer une dynamique. Ce n’est pas le plus simple», a-t-il assuré. La moitié des 100 millions d’euros (M€) consacré au plan protéines iront à ce premier objectif qui pourra être complété par les aides couplées de la Pac, avec l’accord (déjà obtenu) de l’Union européenne.

«Créer de la valeur»
Par ailleurs, 20 M€ vont être consacrés à l’amélioration de l’autonomie alimentaire des élevages avec 10 M€ dédiés à l’achat de semences pour augmenter le potentiel des prairies et 10 autres M€ notamment pour le matériel et le stockage. Enfin, une troisième enveloppe de 30 M€ sera affectée à la recherche et au développement, aussi bien sur les semences que sur les nouvelles formes de protéines, à l’image de celles à base d’insectes. «Ces 100 M€ pourront être abondés par des financements additionnels à travers le Plan d’investissement d’avenir et BPI France», a précisé Julien Denormandie. Au-delà de ce plan, le ministre ambitionne aussi de réduire l’empreinte carbone de ces protéines, en particulier l’importation de tourteaux de soja du continent américain et créer les conditions qui permettent à l’agriculture française d’éviter d’importer de la déforestation. Le ministre a, d’ailleurs, glissé que notre dépendance aux protéines était «organisée depuis une cinquantaine d’années à travers les différents accords internationaux, comme l’Uruguay Round, au cours desquels les Américains nous disaient : faites votre Pac… à condition que les protéines restent chez nous». Il souhaite aussi «créer de la valeur (…) afin d’améliorer le compte de résultat des agriculteurs».

«Rampe de lancement»
Le président de la Fédération française des producteurs d’oléagineux et protéagineux (FOP), Arnaud Rousseau, est «prêt à relever le défi de la production pour accompagner la diversité des assolements, développer les filières et les productions locales avec des consommations locales». Il note cependant quelques points de vigilance comme la nécessité de préserver les moyens et les capacités de production, autrement dit, de continuer à accéder aux outils de protection des plantes. «Il ne faut pas non plus opposer alimentation animale et alimentation humaine», a-t-il indiqué souhaitant aussi préserver les débouchés non alimentaires. De son côté, le Syndicat national de l’industrie de la nutrition animale (SNIA) a favorablement accueilli ce plan qui «renforce la dynamique des productions végétales françaises et valorise nos filières. C’est une véritable rampe de lancement, créatrice d’emplois, qui ne reste pas encore suffisante sur le long terme», a indiqué son président François Cholat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde