Aller au contenu principal

Vie des communes
21 «Petites villes de demain» dans la Somme

21 communes de la Somme ont eu la confirmation qu’elles étaient retenues pour devenir «Petites villes de demain». Un bon coup de pouce économique pour réaliser leurs projets. Explications

Ailly-sur-Noye fait partie des 21 "Petites villes de demain" de la Somme. De nouveaux équipements pour le football et le tennis, et la réhabilitation de la friche de l'ancien Intermarché devraient être rendus possibles.
© D. R.

Donner aux petites collectivités les moyens d’améliorer le cadre de vie de ses habitants. Telle est la vocation programme Petites villes de demain, lancé le 1er octobre au niveau national. Ce 23 décembre, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a annoncé la liste des villes retenues pour chacune des régions.

Petites villes de demain

91 communes ont été sélectionnées en Hauts-de-France, dont 21 communes dans la Somme : Ailly-sur-Noye, Moreuil, Ham, Nesle, Chaulnes, Rosière-en-Santerre, Roye, Friville-Escarbotin, Rue, Airaines, Oisemont, Conty, Poix-de-Picardie, Corbie, Doullens, Flixecourt, Roisel, Péronne, Saint-Valéry-sur Somme, Cayeux-sur-mer, Crécy-en-Ponthieu. Toutes ont été sélectionnées selon une liste de critères définis et dans le respect d’une enveloppe régionale répartie entre chaque département : compter moins de 20 000 habitants, exercer une fonction de centralité dans un territoire rural, et présenter des vulnérabilités sur le plan de l’accès à l’ingénierie, aux services publics, au logement, à l’emploi, aux commerces ou encore l’éloignement géographique par rapport à d’autres centralités.

«Ce programme va nous apporter un accompagnement privilégié de l’Etat, surtout en matière d’ingénierie. Nos communes rurales en manquent cruellement»,

Pierre Durand, maire d’Ailly-sur-Noye

Pour Pierre Durand, maire d’Ailly-sur-Noye, l’annonce de la sélection de sa commune de 2 870 âmes est «un rayon de soleil dans ce contexte morose de crise sanitaire». «Ce programme va nous apporter un accompagnement privilégié de l’Etat, surtout en matière d’ingénierie, avec des chargés de mission pour mener nos projets. Nos communes rurales en manquent cruellement», confie l’édile. L’Ailly-sur-Noye de demain devrait voir aboutir plusieurs projets chers à sa municipalité, comme des investissements dans les équipements sportifs des associations de football et de tennis. La friche de l’ancien Intermarché devrait aussi être transformée en maison pour tous, «un lieu d’accueil des jeunes, des anciens ou encore un espace de travail», précise le maire.

3 Md€ sur six ans

Le programme Petites villes de demain (PVD) complète en fait les dispositifs existants de l’Agence nationale de cohésion des territoires (ANCT), tels qu’Action cœur de ville et la politique de la ville, qui permettent de soutenir les communes sur des thématiques spécifiques. Il comprend soixante mesures d'accompagnement et est doté de 3 milliards d’euros sur six ans ( 2020-2026).

Pour optimiser les ressources et permettre à un nombre plus important de communes de bénéficier du dispositif, des binômes ou trinômes de communes appartenant au même EPCI peuvent être créés. Dans la Somme, huit regroupements ont été effectués : Ailly-sur-Noye-Moreuil ; Ham-Nesle ; Chaulnes-Rosière-en-Santerre ; Rue-Crécy-en-Ponthieu ; Airaines-Oisemont ; Poix-de-Picardie-Conty ; Péronne-Roisel ; Saint-Valéry-sur-Somme-Cayeux-sur-mer.

Toutes les communes épaulées

La préfète, Muriel Nguyen, rappelle que «l’État accompagne toutes les communes du département dans leurs projets de développement et d’investissement au travers de la Dotation à l’équipement des territoires ruraux (DETR) et la Dotation à l’investissement local (DSIL), et reste à l’écoute des situations particulières». Concernant le bassin d’emploi d’Albert-Méaulte, frappé par la crise sans précédent de la filière aéronautique, elle précise «qu’une politique et un accompagnement spécifiques sont déployés au regard de la gravité de la situation».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde