Aller au contenu principal

4,5 millions pour faire décoller InnovaFeed

La start-up InnovaFeed va bénéficier d’un coup de pouce de l’État dans le cadre du plan de relance pour agrandir son site de production de protéine d’insectes.

InnovaFeed accueillait la semaine dernière le sous-préfet délégué à la relance dans la Somme, Fabrice Neveu pour une présentation de ses installations et futurs développements.
© D. R.

La visite se fait au pas de charge dans les bâtiments d’une entreprise qui avance… vite. En ce jeudi 14 janvier, à l’occasion d’un rendez-vous baptisé «Jeudi de la relance», la start-up InnovaFeed installée à Nesle, accueillait le sous-préfet à la relance dans le département de la Somme, Fabrice Neveu ainsi que le sous-préfet de Montdidier-Péronne et la Direccte pour l’annonce d’une bonne nouvelle : l’entreprise spécialisée dans l’élevage d’insectes pour la fabrication d’aliments protéinés pour l’élevage figure parmi les lauréats du dispositif France Relance. 

 

Doublement de la capacité de production 

À la clé, c’est un coup de pouce de 4,5 millions d’euros. Cette somme va servir à InnovaFeed pour doubler, ni plus ni moins, ses effectifs et agrandir d’autant sa surface de production. Depuis fin d’année dernière, l’usine est en production, mais déjà, elle se sent à l’étroit. 55 salariés travaillent actuellement dans les bâtiments d’InnovaFeed à Nesle. «D’ici la fin de l’année 2021, nous devrions être 110», expliquait Clément Ray, cofondateur de la start-up. Pour ce dernier, être cité parmi les lauréats du dispositif France Relance est forcément «une bonne nouvelle» :
«Ces fonds représentent une petite partie de l’investissement que nous prévoyons – de l’ordre de 15 % -, mais c’est cela qui nous fait franchir le pas. C’est un bon encouragement dans un contexte qui n’est pas facile.» 

 

Prochaine étape, l’alimentation humaine ? 

Grâce à cet investissement, InnovaFeed poursuit son ambition de détenir la plus grande usine de fabrication de farines d’insectes du monde. Et regarde déjà vers d’autres développements. Pour Clément Ray, le feu vert de l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) à l’intégration de protéines d’insectes dans l’alimentation humaine la semaine dernière était l’autre bonne nouvelle de ce début d’année (lire encadré ci-dessous) : «Oui, c’est une bonne nouvelle pour le futur de notre industrie. À terme, on peut imaginer que les deux modèles coexisteront. Les consommateurs sont matures pour accepter que des animaux soient nourris avec des farines d’insectes. Pour ce qui est de l’alimentation humaine, nous avons bon espoir et nous nous y préparons comme d’autres…».

 

Premier feu vert de l’Efsa pour des insectes en alimentation humaine

L’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a rendu le 13 janvier, pour la première fois, un avis favorable à la mise sur le marché européen en tant que nouvel aliment d’un produit à base d’insectes : les vers de farine séchés. La Commission européenne doit maintenant soumettre une proposition aux États membres de l’UE en vue d’autoriser le produit sur le marché communautaire pour l’alimentation humaine. Cet avis résulte d’une demande déposée par la société française Agronutris au début de l’année 2018. Les producteurs européens espèrent pouvoir commercialiser de ce produit d’ici mi-2021. Selon Antoine Hubert, PDG de la société Ÿnsect et président du lobby bruxellois du secteur des insectes, l’IPIFF, «la publication de ce document représente une étape importante vers une commercialisation plus large des insectes comestibles dans l’UE».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde