Aller au contenu principal

63 propositions pour prévenir le mal-être en agriculture

C’est un rapport concret, « au plus proche du terrain », que les sénateurs Henri Cabanel et Françoise Férat ont mené pendant plusieurs mois.

Suicide agricole
© Au nom de la terre - Capture d'écran

« Loin de s’opposer au rapport de notre collègue le député Olivier Damaisin, ce rapport se veut complémentaire », ont-ils tenu à préciser d’emblée. En Saône-et-Loire, en Indre-et-Loire, dans l’Ain, la Vienne et le Morbihan, les sénateurs ont rencontré les acteurs locaux mais aussi les proches des victimes afin de recueillir leur témoignage (famille, amis, voisins, associés…). De même une plateforme en ligne sur le site du Sénat a permis de donner la parole aux agriculteurs. En deux mois, plus de 140 contributions ont été déposées.

« Drame silencieux »

S’appuyant sur ces rencontres et ces témoignages anonymes, le rapport formule 63 propositions (lire encadré) dont les finalités visent notamment à « mieux connaître le phénomène, mieux prévenir la détresse des agriculteurs, mieux identifier les agriculteurs concernés, et mieux les accompagner eux-mêmes ainsi que les proches des victimes », a souligné Henri Cabanel, viticulteur de son état.

En effet, les récents chiffres de la Mutualité sociale agricole (MSA) parlent d’eux-mêmes : 600 suicides par an soit presque deux par jour. Les sénateurs confirment aussi les conclusions du rapport Damaisin de novembre dernier : ce sont les productions animales (bovins et lait) qui sont les plus touchées par ce phénomène. De même, le diagnostic qu’ils posent est analogue à leur collègue député : « Les causes en sont multiples : aléas et crises économiques, sanitaires et climatiques, agribashing, pertes de revenus, solitude, maladies, surendettement, lourdeur administrative... ».

Après des décennies de tabou, l’omerta, « ce drame silencieux », selon l’expression de Françoise Férat, commence à se fissurer « dans ce monde de taiseux ».

Être agriculteur, « ce n’est pas un métier comme les autres, a indiqué Sophie Primas, présidente de la Commission économique. Il y a toute la question de la transmission de génération en génération, de l’héritage, de l’histoire familiale. Chez certains, il pouvait y avoir une honte à ne pas y arriver, alors que les générations précédentes avaient réussi. Pouvoir dire que l’on rencontre des difficultés, c’est déjà bien ».

Harcèlement

Il n’en reste pas moins que le revenu de l’exploitation qui est le socle de toute la valeur travail de l’agriculteur est au cœur du sujet car il est « incompréhensible pour l’agriculteur de travailler pour perdre de l’argent », a souligné Françoise Férat. Et quand un problème financier s’ajoute à d’éventuels problèmes personnels et administratifs, « cela peut devenir la goutte d’eau qui fait déborder le vase », a-t-elle ajouté. Le dénigrement du métier ajoute aussi à ce sentiment de mal-être. Les rapporteurs ont indiqué que 40 % des agriculteurs interrogés lors d’une enquête de l’observatoire Amarok ont été harcelés au moins une fois au courant du dernier mois.

Le rapport Cabanel-Férat sera remis au président du Sénat, Gérard Larcher le 24 mars à midi et le même jour, dans l’après-midi au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. Il est disponible à l’adresse suivante : http://www.senat.fr/notice-rapport/2020/r20-451-notice.html

Quelques propositions du rapport sénatorial 

Voici quelques-unes des recommandations du rapport sénatorial :

n°1 : Faire de l’avenir de l’agriculture française une grande cause nationale

n° 5 : Octroyer, en cas de revenus anormalement bas des producteurs, des aides d’urgence. 

n° 8 : Garantir des remplacements en cas d’arrêt maladie

n° 11 : Généraliser l’action « Ensemble pour repartir » dans l’ensemble des caisses de MSA

n° 13 : Prévoir la mise en place d’une visite médicale obligatoire et gratuite tous les trois ans pour les agriculteurs exploitants de plus de quarante ans

n° 25 : Faire des cellules départementales d’identification et d’accompagnement la clef de voute du soutien aux agriculteurs en détresse

n° 30 : Renforcer la détection des agriculteurs en détresse par un élargissement du réseau des sentinelles

n° 33 : Créer une plaquette recensant l’ensemble des aides existantes et la mettre à disposition des agriculteurs dans les différents lieux institutionnels liés au secteur agricole
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde