Aller au contenu principal

Accompagner la transition agroécologique en céréales

Compétitivité de la filière, réponse aux attentes sociétales, contraintes réglementaires… les défis des grandes cultures sont nombreux. L’AGPB est venue échanger sur tous ces sujets en Hauts-de-France, le 29 août.

© AAP



La production de blé cette année est satisfaisante, tant en quantité qu’en qualité. Les prévisionnistes misent sur environ 38 à 39 Mt récoltées au niveau national, ce qui va permettre d’approvisionner les différents marchés. Ce bon résultat cache néanmoins des disparités : par exemple, la Limagne a connu une sécheresse record et donc des rendements en berne. En région, c’est également le cas, selon le type de sol et de précédent. Ces bons résultats sont cependant ternis par un contexte baissier au niveau des prix.
Autre sujet d’actualité de nature à plomber le moral des producteurs de grandes cultures : les discussions en cours concernant les zones de non-traitement à proximité des habitations. «Les chartes de bon voisinage, proposées dans le contrat de solutions soutenu par la FNSEA, et en cours de rédaction dans les départements, sont de nature à favoriser le dialogue entre riverains et agriculteurs. Leur finalisation est indispensable», tenait à rappeler Éric Thirouin, président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé).

Un projet stratégique
L’AGPB assume un projet d’accompagnement de la transition agroécologique qui s’appuie sur la valorisation de la production par la reconnaissance de la qualité et la certification environnementale. Sur ce sujet, l’ambition est double : faire reconnaître le sérieux et la qualité des productions sur les marchés et auprès de la société, et permettre l’accès aux futures exigences environnementales de la Pac. En effet, la prochaine Pac comportera un volet environnemental, «l’Ecoscheme», qui obligera les États membres à réserver une part des paiements directs du premier pilier au maintien de pratiques agricoles bénéfiques pour le climat et l’environnement, au-delà des exigences obligatoires. Les démarches globales de certifications environnementales entrent bien dans ce cadre.
Il s’agit donc désormais, pour l’AGPB, et l’ensemble des associations spécialisées de la FNSEA qui partagent cette ambition, de bâtir un référentiel basé sur la démarche de certification environnementale qui permettra l’accès à l’Ecoscheme. Pour répondre au mieux aux besoins des exploitants, l’AGPB propose de tester sur le terrain un cahier des charges, en s’appuyant sur des groupes d’agriculteurs volontaires dans les départements et sur des organismes stockeurs, en accompagnement des exploitants. Elle souhaite également être force de propositions concernant les outils d’accompagnement à l’investissement, tels qu’ils existent dans le second pilier de la Pac, à la prise de risque, ou à la mise en place de services environnementaux. L’objectif affiché est bien de retrouver de la valeur ajoutée par tous les canaux existants.

REACTION Éric Thirouin, président de l’AGPB

Retour au bon sens

Malgré une bonne récolte, au global, qui redonne de l’espoir dans les fermes, et qui récompense une année de travail et la technicité des producteurs, nous vivons un contexte de prix bas que les bons rendements n’arriveront pas à compenser.
À cela, s’ajoute une pression insupportable subie par les actions médiatiques de toutes parts, remettant en cause nos pratiques et en doute notre rôle premier de producteurs de denrées alimentaires de qualité pour nos concitoyens. L’incohérence de nos décideurs va même jusqu’à soutenir ce doute vis-à-vis de nos pratiques et, «en même temps», valider des accords internationaux qui nous placent directement en distorsion de concurrence vis-à-vis d’autres pays ne respectant pas nos standards normatifs ! Nous réclamons, et c’est la moindre des choses, un retour au bon sens.
C’est dans ce contexte que l’AGPB a écrit un projet stratégique replaçant l’exploitant agricole au cœur de sa mission de producteur de biens alimentaires, responsable et respectueux des attentes qualitatives et sanitaires des consommateurs. Nous nous sommes positionnés en faveur d’une démarche de certification environnementale qui permettra de faire reconnaître, en France et au niveau Européen, le sérieux des exploitants et le respect des normes environnementales. C’est un choix assumé, que nous souhaitons porter pour la prochaine Pac.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde