Aller au contenu principal

Acheter, louer ou partager sa moissonneuse-batteuse

Acheter seul, à plusieurs, adhérer à une Cuma, faire appel à une ETA, ou encore louer… Nombreuses sont les solutions d’équipement pour assurer sa récolte. Le point sur ces stratégies.

Le choix du mode d’investissement n’est pas seulement étudié au regard du coût de revient à l’hectare. Les aspects 
comptables, fiscaux, d’organisation de chantier ou de main-d’œuvre ont au moins autant d’importance.
Le choix du mode d’investissement n’est pas seulement étudié au regard du coût de revient à l’hectare. Les aspects
comptables, fiscaux, d’organisation de chantier ou de main-d’œuvre ont au moins autant d’importance.
© © Claas


La rationalisation des charges de mécanisation a-t-elle fait changer les modes d’équipement en ce qui concerne la récolte. Acheter une moissonneuse-batteuse reste possible, mais les solutions alternatives se sont développées ces dernières années. Parmi elles, la location. Il est possible de louer des machines d’occasion via deux opérateurs, AVL et Locamoisson, qui proposent aujourd’hui ce service. Louer du neuf est également envisageable. Claas est le principal constructeur à s’être positionné sur la location. «Lancée il y a une petite dizaine d’années, l’offre location de moissonneuses-batteuses a connu un développement très fort il y a cinq ans et se stabilise désormais», illustre Gilles Fontaine, directeur commercial de Claas Financial Services. D’une durée de deux à trois ans, les contrats de location de moissonneuses-batteuses présentent plusieurs avantages. D’abord, ils constituent une charge déductible dont le montant est prévu à la signature du contrat. «C’est un gage de visibilité pour le producteur», juge François-Xavier Gibet, chef de produit moissonneuse-batteuse chez Claas. Ensuite, les machines louées par le constructeur sont souvent sous garantie. Ce choix évite aussi d’immobiliser des capitaux importants ou de s’endetter pour devenir propriétaire. Une fois la machine louée, l’agriculteur n’a plus qu’à l’assurer, à faire le plein et à l’entretenir. Il n’est engagé que pour la durée du contrat de location, soit deux ans dans 80 % des cas, voire trois ans. A l’issue, il peut faire ce qu’il veut : la location ne pose pas le problème de la revente et laisse le choix de changer de mode de récolte à court terme. Si à la fin du contrat, le producteur veut acheter sa batteuse ou faire récolter par un entrepreneur, il en est libre.

Au sommaire de l’article :

Certains constructeurs imaginent de nouveaux services
Aspects comptables et fiscaux
Organisation du chantier et main-d’œuvre orientent le choix

Retrouvez l’intégralité du dossier Moissonneuses-batteuses dans votre journal l’Action Agricole Picarde.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde