Aller au contenu principal

Acheter, louer ou partager sa moissonneuse-batteuse

Acheter seul, à plusieurs, adhérer à une Cuma, faire appel à une ETA, ou encore louer… Nombreuses sont les solutions d’équipement pour assurer sa récolte. Le point sur ces stratégies.

Le choix du mode d’investissement n’est pas seulement étudié au regard du coût de revient à l’hectare. Les aspects 
comptables, fiscaux, d’organisation de chantier ou de main-d’œuvre ont au moins autant d’importance.
Le choix du mode d’investissement n’est pas seulement étudié au regard du coût de revient à l’hectare. Les aspects
comptables, fiscaux, d’organisation de chantier ou de main-d’œuvre ont au moins autant d’importance.
© © Claas


La rationalisation des charges de mécanisation a-t-elle fait changer les modes d’équipement en ce qui concerne la récolte. Acheter une moissonneuse-batteuse reste possible, mais les solutions alternatives se sont développées ces dernières années. Parmi elles, la location. Il est possible de louer des machines d’occasion via deux opérateurs, AVL et Locamoisson, qui proposent aujourd’hui ce service. Louer du neuf est également envisageable. Claas est le principal constructeur à s’être positionné sur la location. «Lancée il y a une petite dizaine d’années, l’offre location de moissonneuses-batteuses a connu un développement très fort il y a cinq ans et se stabilise désormais», illustre Gilles Fontaine, directeur commercial de Claas Financial Services. D’une durée de deux à trois ans, les contrats de location de moissonneuses-batteuses présentent plusieurs avantages. D’abord, ils constituent une charge déductible dont le montant est prévu à la signature du contrat. «C’est un gage de visibilité pour le producteur», juge François-Xavier Gibet, chef de produit moissonneuse-batteuse chez Claas. Ensuite, les machines louées par le constructeur sont souvent sous garantie. Ce choix évite aussi d’immobiliser des capitaux importants ou de s’endetter pour devenir propriétaire. Une fois la machine louée, l’agriculteur n’a plus qu’à l’assurer, à faire le plein et à l’entretenir. Il n’est engagé que pour la durée du contrat de location, soit deux ans dans 80 % des cas, voire trois ans. A l’issue, il peut faire ce qu’il veut : la location ne pose pas le problème de la revente et laisse le choix de changer de mode de récolte à court terme. Si à la fin du contrat, le producteur veut acheter sa batteuse ou faire récolter par un entrepreneur, il en est libre.

Au sommaire de l’article :

Certains constructeurs imaginent de nouveaux services
Aspects comptables et fiscaux
Organisation du chantier et main-d’œuvre orientent le choix

Retrouvez l’intégralité du dossier Moissonneuses-batteuses dans votre journal l’Action Agricole Picarde.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde