Aller au contenu principal

Acheux : la réglementation en zones vulnérables

Echo de l'assemblée générale cantonale de la Fdsea.

Les participants à l’assemblée d’Acheux.
Les participants à l’assemblée d’Acheux.
© AAP


Que doit-on respecter en zones vulnérables? C’est la question que se posent les agriculteurs du canton d’Acheux, directement concernés par cette thématique, choisie par Benoit Saucourt, le président cantonal, à l’occasion de l'assemblée générale du 15 janvier.
«Un recours au tribunal administratif a été déposé l’année dernière pour contester le zonage en zone vulnérable, la procédure est en cours. L’application de la réglementation zone vulnérable se fera à la parution du 5ème programme régional, c’est-à-dire fin mai, début juin», a rappelé Laurent Degenne, président de la Fdsea.
Christelle Dehaine, responsable du Satege à la chambre d’agriculture, a présenté la réglementation.

Ce qu'il faut respecter
- Des périodes d’épandage. Par exemple, pour une culture de printemps avec cultures intermédiaires, il est possible d’épandre du fumier de bovins avant l’implantation de la Cipan (culture intermédiaire piège à nitrates) et sur la Cipan jusqu’à 20 jours avant sa destruction.
- Des modalités de stockage des effluents d’élevage. L’éleveur doit justifier de capacités suffisantes pour respecter le calendrier d’épandage tout en tenant compte des risques supplémentaires liés aux conditions climatiques.
- L’équilibre de la fertilisation azotée. L’agriculteur doit tenir un plan prévisionnel de fumure azotée à la parcelle (basée sur la méthode bilan), un cahier d’épandage et effectuer un reliquat d’azote sortie hiver.
- La couverture des sols en période hivernale avec des Cipan ou repousses de céréales.
- Des règles d’épandage avec des particularités pour les pentes, sols gelés, enneigés ;
- Un apport de 170 kg d'effluents d’élevage par hectare, qui se calculent désormais sur la SAU.
Stéphane Verscheure, responsable du service productions animales à la chambre d’agriculture, a ensuite présenté les aides de l’Agence de l’eau, disponibles dans le cadre d’appels à projet Pmbe (plan de modernisation des bâtiments d’élevage) pour la prise en charge des capacités de stockage supplémentaires liées au nouveau zonage. Le plafond éligible est de 50 000 euros avec 10 000 euros supplémentaires pour les JA installés depuis moins de cinq ans. Le taux de prise en charge des aides est de 40% et 50% pour les JA (sachant que 37,5% du montant de l’investissement n’est pas compté). Trois appels à projet se feront sur l’année 2014 avec des travaux qui devront être réalisés pour le 31 décembre 2015. Il sera possible de cumuler des aides avec de la modernisation en 2014 (fonds Etat et Région).
Dès que le 5ème programme d’action régional sortira et que l'on connaîtra l'issue du recours au tribunal administratif, la Fdsea ne manquera pas d'en informer les agriculteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde