Aller au contenu principal

Adventices : comment maîtriser les mauvaises herbes ?

Une identification précise et fiable des mauvaises herbes s’impose pour mieux les maîtriser. Mode d’emploi.

© D. R.

Depuis des décennies, les pratiques de désherbage utilisées ont toujours eu tendance à sélectionner telle ou telle adventice. Généralement, les mauvaises herbes lacunes de certains herbicides ont été indirectement sélectionnées et se sont souvent largement propagées sur le terrain. C’est le cas, par exemple,  du séneçon qui est le point faible du diflunicanil (Compil…) ou de la renouée liseron qui est le trou de désherbage du Mikado…
Depuis quelques années, il faut bien aussi constater une baisse générale de l’efficacité des désherbages, que ce soit par le développement des phénomènes de résistance, mais aussi par la réduction générale de l’offre de produits herbicides.
Dans ce contexte, bien identifier toutes les mauvaises herbes au stade jeune est aujourd’hui incontournable, que ce soit pour adapter la lutte à un stade précoce ou adapter le choix des produits herbicides. Toute erreur entraînera des mauvaises efficacités, une nuisibilité sur la culture ou d’autres cultures de la rotation et des traitements supplémentaires.

Qui est qui ?
Parmi les mauvaises herbes résistantes, pouvoir discerner, à coup sûr, vulpin, ray-grass et agrostis, devient indispensable pour choisir le bon herbicide au bon stade.
Petit rappel. Le vulpin est une préfoliation enroulée, avec une ligule régulièrement dentée et une absence d’oreillettes. L’agrostis, lui, est une préfoliation enroulée, avec une ligule irrégulièrement dentée et une absence d’oreillettes. Le ray-grass anglais est, de son côté, une préfoliation pliée. C’est une plante glabre et brillante, qui présente des oreillettes. Enfin, le ray-grass d’Italie est une préfoliation enroulée, avec une ligule tronquée et courte, et présentant des oreillettes.
Mais, au-delà de ces adventices graminées, il faut ajouter des plantes émergeantes. Soit des plantes présentes dans le passé, qui avaient disparu, et qui reviennent tel le coquelicot ou d’autres plantes, jusque-là inconnues ou presque, qui se rencontrent de plus en plus régulièrement (compagnon blanc, datura …).
Si, parmi les plantes émergentes, le bleuet fait quelquefois parler de lui, le coquelicot revient en force depuis les premiers cas de résistance au sulfonyl-urées. Comment le reconnaître dès la levée ? Il s’agit, dès la levée,  de deux petits cotylédons tronqués, nettement plus longs que larges, en forme de bâtonnet avec une nervure centrale jaune.
Autre plante des rotations céréalières en progression : le compagnon blanc. Parfois difficile à reconnaître au stade jeune (cotylédons elliptiques à ovales, sessiles, sommet en pointe), il l’est plus facilement en juin, lorsque ses fleurs dépassent des céréales.
Dans les cultures de printemps, l’arroche progresse, souvent confondue avec le chénopode.
Depuis quelques années, à la faveur de printemps plus chauds, la présence des graminées estivales telles que Panic, Sétaire, voire Digitaire, progresse elle aussi. Ce sont autant de plantes qu’il faut savoir identifier pour adapter les programmes de désherbage au stade précoce.

Pour aller plus loin

Formation : reconnaître les adventices en système grandes cultures pour mieux les gérer (1re partie)
Démarrage le 16 novembre, à Villers-Bocage

Contact : Sandrine Evain au 03 22 93 51 20
ou à s.evain@somme.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde