Aller au contenu principal

Adventices en bio : quels leviers agronomiques ?

Est-il envisageable de faire du désherbage mécanique en toute circonstance ? Quelle place peut-on lui attribuer ? Les réponses tiennent à la manière dont sont pris en compte les leviers agronomiques.

© AAP


Si la gestion des adventices est un point crucial pour la réussite des cultures biologiques, la réussite repose sur des moyens trop rarement considérés comme déterminants. Ainsi, malgré ce que l’on peut penser, le désherbage mécanique n’est que la dernière intervention permettant de gérer les adventices. Le point le plus important à prendre en compte est la rotation.

La rotation : levier essentiel
C’est l’axe le plus important sur lequel s’appuyer. Les maîtres mots sont diversifier et alterner. L’augmentation du nombre de cultures et de familles différentes permet de maintenir une densité d’adventices gérable.
Quand, dans une rotation à trois cultures, on peut retrouver 140 plantes/m², une rotation à six cultures permet de maintenir une pression à 35 plantes/m² (cf. graphique). L’autre levier mobilisable est l’alternance entre des cultures nettoyantes (seigle, associations de céréales et de légumineuses, prairies…) et d’autres plus vulnérables (comme le pois qui gagne à être associé ou les plantes sarclées qui occasionnent davantage de passages…).
L’alternance des cultures d’hiver et de printemps est un levier particulièrement efficace contre les adventices qui ont des plages préférentielles de levée en automne (vulpin, ray-grass, brome…). En effet, cela introduit une perturbation vis-à-vis des périodes de levée préférentielle des adventices. Elle est moins efficace contre les adventices qui germent toute l’année (pâturin, matricaire…).
La succession des cultures annuelles et pluriannuelles a le même effet de perturbation des plages de levée préférentielle, avec une augmentation de la concurrence et la sélection d’une flore différente. Enfin, la pratique de couverts en interculture a également un effet sur les adventices grâce à leur pouvoir couvrant et la croissance rapide de certaines espèces qui les composent.

Travail du sol et désherbage mécanique
Si la rotation est le premier pilier d’une gestion performante de l’enherbement, d’autres pratiques sont à mobiliser pour maintenir une pression d’adventices acceptable. Parmi les méthodes utilisées, se trouvent le travail du sol, les faux-semis, le choix de variétés couvrantes, etc.
Le désherbage mécanique n’arrive qu’après avoir tout mis en place pour limiter le peuplement adventice. Son efficacité est conditionnée par des passages réalisés au plus près de la levée de la culture. Les outils utilisés, houe rotative ou herse étrille, interviennent sur le rang et dans l’inter rang avec des efficacités qui obligent souvent à renouveler les passages jusqu’au recouvrement du sol par la culture.
Depuis quelques années, les outils, dans un contexte de réduction de l’utilisation des herbicides, ont évolué pour permettre aux utilisateurs en apprentissage davantage de souplesse dans les réglages et élargir les périodes d’intervention. Le recours au binage avec des outils de plus en plus précis (guidage et débit de chantier) permet également d’améliorer la performance du travail en culture.

Formation

Les Chambres d’agriculture de l’Oise et de la Somme proposent une formation «utiliser les outils de désherbage mécanique en grandes cultures biologiques», le 4 mai,

à Beauvais (le matin) puis sur le terrain (l’après-midi). Au programme : comment gérer les adventices en agriculture biologique ; houe, herse étrille et binage, quelle place dans un système de culture ? Et démonstration au champ et témoignage d’un agriculteur biologique expérimenté.

Renseignements auprès de Nathalie Devillers au 03 44 11 44 55, Chambre d’agriculture de l’Oise

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde