Aller au contenu principal

Affaire Adama : négociation en cours

La CGB est toujours en négociations avec Adama, fabricant qui a commercialisé  des produits phyto non conformes, pour dédommager les planteurs et les sucriers impactés. Le tout devrait se régler à l’amiable. 

500 ha sont concernés dans la Somme.
500 ha sont concernés dans la Somme.
© CGB

Dès juin, l’alerte était donnée. Des problèmes de phytotoxicité étaient redoutés suite à l’utilisation de certains lots d’herbicides du fabricant Adama France. 

L’issue de cette affaire est aujourd’hui connue : 8 000 ha (dont 500 ha dans la Somme) de betteraves traitées au Goltix Duo ou au Tornado Combi sont arrachées précocement et seront à destination de la filière éthanol au détriment du sucre. Leurs pulpes seront commercialisées auprès des agriculteurs méthaniseurs. Ces produits contenaient du diflufénican, molécule herbicide homologuée sur pommes de terre et céréales, mais pas sur betteraves sucrières. «Avec le ministère, la filière a tout fait pour que le principe de précaution soit respecté. Notre avenir en dépend», explique Dominique Fievez, président de la CGB Somme. 7 000 autres ha (aucun dans la Somme), traités au Marquis, ont, eux, été totalement détruits. Ce produit contenait du diuron, du bromacil et de la carbétamide, trois substances actives interdites en Europe. 

Pour les planteurs comme pour les industriels et les distributeurs, la perte liée à la destruction est évidente. Mais la CGB mène aussi des négociations avec le fabricant pour le dédommagement des betteraves traitées au Goltix Duo et au Tornado Combi. «Ces betteraves seront traitées à part. Les arrachages sont soit précoces, soit tardifs, ce qui signifie que le rendement est impacté et qu’il en découle une perte de chiffre d’affaires», précise Jean-Jacques Fatous, directeur adjoint de la CGB Somme. 

 

Préjudices «par ricochet»

La filière souhaite aussi soulever les impacts «par ricochet» que subiront les planteurs concernés. «La question de la gestion des adventices pour les autres cultures se pose.» Enfin, et surtout, la filière espère que les planteurs obtiendront une indemnisation pour préjudice moral. «Les agriculteurs n’y sont pour rien, mais cet événement est traumatisant», regrette Dominique Fievez. Les négociations, menées à l’amiable, semblent sur la bonne voie. «Les indemnisations devraient être versées suffisamment tôt pour ne pas créer de retard de trésorerie», espère Jean-Jacques Fatous. 

 

Les NNI sur la table

Parmi les dossiers d’actualité, celui des NNI (néonicotinoïdes) sont toujours sur la table de la CGB. «Nous avons obtenu une dérogation d’utilisation pour trois ans, mais elle reste à valider tous les ans», explique Dominique Fievez. Tout l’enjeu est de convaincre le fameux conseil de surveillance qui doit se réunir en fin d’année. «Nous restons très vigilant sur le sujet.»
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde