Aller au contenu principal

Affaire Doux : les éleveurs du Nord de la France parlent d'une seule voix

Une association interrégionale des éleveurs fournisseurs du groupe Doux a été créée.

Joël Limouzin, vice-président de la Fnsea et responsable national du dossier Doux : «Les médias mettent en avant uniquement les conséquences pour les salariés, mais n’oublions pas que ce sont les éleveurs qui font la filière».
Joël Limouzin, vice-président de la Fnsea et responsable national du dossier Doux : «Les médias mettent en avant uniquement les conséquences pour les salariés, mais n’oublions pas que ce sont les éleveurs qui font la filière».
© AAP

Les éleveurs du Nord Pas de Calais et de Picardie fournisseurs du groupe Doux se sont réunis le 9 juillet, à l’initiative des Frsea (Fédérations régionales des syndicats d’exploitants agricoles) des deux régions. Plus de trente éleveurs ont répondu présents à l’invitation de Christophe Buisset (président de la Frsea Picardie) et de Marc Ruscart (président de la Frsea Nord-Pas-de-Calais). Cette réunion a notamment permis de faire le point sur l’actualité du dossier : Joël Limouzin, vice-président de la Fnsea et responsable national du dossier Doux, avait fait le déplacement à Amiens pour expliquer l’implication du réseau Fnsea dans l’accompagnement des éleveurs sur tout le territoire. Un réseau d’échanges d’informations a été mis en place entre le national et les départements. La Fnsea apporte notamment un appui aux juristes et aux animateurs des Fdsea. Joël Limouzin a également été attentif aux questions et craintes des éleveurs présents :«Les médias mettent en avant uniquement les conséquences pour les salariés du groupe Doux, mais n’oublions pas que ce sont les éleveurs qui font la filière ! Sans éleveurs, pas de production et donc pas de salariés non plus», rappelle-t-il.

Le point d’orgue de cette réunion était l’assemblée générale constitutive d’une association interrégionale des éleveurs. Christophe Buisset a rappelé les objectifs d’une telle association : «Dans le cadre d’une reprise du groupe Doux, nous craignons de voir l’entreprise se recentrer autour des principaux bassins de productions. Les régions moins denses risquent d’être oubliées lors des négociations. C’est pour cela que nous souhaitons faire entendre collectivement notre voix en créant l’Association des éleveurs de volailles du Nord de la France». La Picardie et le Nord Pas de Calais représentent plus de cent éleveurs fournissant directement ou indirectement au Groupe Doux. «Cette association nous permettra d’avoir un interlocuteur qui parlera au nom de tous les éleveurs de notre grande région» a complété Marc Ruscart. Après lecture et validation par l’assemblée du projet de statuts de l’association, Philippe Traché, éleveur dans le Nord, a été élu président. Le bureau de l’association comprend cinq membres, un par département fondateur, ce qui assure la représentation des deux régions.

Tous les éleveurs fournisseurs du groupe Doux sont invités à se rapprocher de la Fdsea de leur département qui pourra les accompagner dans la démarche de déclaration de leurs créances et qui leur présentera la marche à suivre pour adhérer à l’association.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde