Aller au contenu principal

Affaire Lubrizol : les mesures s'assouplissent pour les agriculteurs samariens

La préfète de la Somme était en visite jeudi 3 octobre, dans trois exploitations agricoles puis à la rencontre des agriculteurs installés dans les communes touchées par le nuage causé par l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen.



C'est une manière «d'assurer le service après-vente». Après avoir pris un arrêté mercredi soir un arrêté assouplissant les mesures de consignation des productions agricoles dans les communes touchées par le nuage provoqué par l'incendie d'une usine d'hydrocarbures en Seine-Maritime, la préfète de la Somme Muriel Nguyen est allée à la rencontre du monde agricole, hier, jeudi 3 octobre.
Trois visites d'exploitations étaient au programme de la représentante de l'Etat, ainsi qu'une rencontre avec les agriculteurs des communes touchées – elles sont 39 dans le département, leur nombre n'a pas évolué -, en la salle des fêtes de Crouy-Saint-Pierre, avant de conclure la journée par une rencontre avec des responsables de la sucrerie de Roye et une réunion en préfecture, à Amiens.
Le 2 octobre, un nouvel arrêté préfectoral a assoupli les mesures prises le 29 septembre qui limitaient certaines activites agricoles et la mise sur le marche de produits alimentaires d'origine animale et vegetale. Ce nouveau texte devait permettre la poursuite des récoltes des vegetaux «à condition de les tracer, de les identifier et de les conserver de façon séparée sur l’exploitation».
Face aux nombreuses questions posées par les agriculteurs, le nouvel arrêté précisait également que «les cultures de vegetaux non exposes aux retombees de suies, en particulier les productions sous serre ou sous tunnel, et les denrees issues d’animaux non exposes aux retombees de suies et qui ont ete alimentes par des aliments non exposes» ne faisaient pas l'objet de mesures particulières.

Des résultats d’analyses attendus
Sur l'exploitation maraîchère de François Delporte à Picquigny, la préfète de la Somme a appelé les agriculteurs «à faire preuve d'encore un peu de patience», avant de saluer leur «professionnalisme».
Les analyses réalisées dans plusieurs exploitations agricoles du département pour déceler d'éventuelles traces de toxicité sont attendues «en début de semaine», selon la préfecture de la Somme. «Nous sommes face à un phénomène peu courant, avec de nombreuses questions en suspens», a déclaré Muriel Nguyen. Dans le doute, nous avons pris des mesures pour éviter tout risque pour le consommateur et nous avons fait preuve de transparence dès le début».
Reconnaissant aux agriculteurs des 39 communes concernées par l'arrêté préfectoral le statut de «victimes», la représentante de l'Etat a assuré les responsables professionnels agricoles d'une prise en charge de leur préjudice par l'Etat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde