Aller au contenu principal

AG de l’ASBS : de sombres auspices pour la filière betteravière

L’ASBS a tenu son assemblée ce lundi 4 juin. La centaine de planteurs s’est exprimée en huis clos sur la conjoncture et l’attitude à adopter face aux groupes sucriers.

Dominique Fievez, président de l’ASBS, déplore que le groupe Cristal Union et que le privé Saint Louis Sucre ne garantissent plus de prix de betteraves.
Dominique Fievez, président de l’ASBS, déplore que le groupe Cristal Union et que le privé Saint Louis Sucre ne garantissent plus de prix de betteraves.
© A. P.



L’ASBS (Association syndicale betteravière de la Somme) aura tenu sa dernière assemblée générale sous ce nom, sous de sombres auspices pour la filière betteravière. En effet, bon nombre des questions du huis clos ont porté sur la dégradation des relations entre groupes sucriers et planteurs dans un contexte de prix de sucre ne donnant aucune lisibilité à terme aux planteurs.
Dans le viseur, principalement, le groupe Cristal Union, qui a annoncé ne plus donner de prix minimum garanti de la betterave pour la récolte qui est en terre, et Saint Louis Sucre, qui n’apporte aucun élément d’assurance sur le prix payé au planteur. L’unanimité des interventions a porté sur la volonté de durcir le rapport de force, tant le sentiment de «se faire mener en bateau» est partagé, que ce soit en secteur privé ou coopératif.
Pour Saint Louis Sucre, Dominique Fievez, président de l’ASBS, a indiqué que les relations étaient devenues impossibles avec le groupe sucrier privé, et qu’il fallait changer d’angle d’attaque. Quant à l’annonce de Cristal Union, il estime que si l’acheteur ne respecte plus son contrat sur le prix, il n’y a aucune raison pour que le producteur ne le respecte de son côté et emblave les surfaces. Une vraie question en l’air pour la future campagne.
Et ce, d’autant plus, qu’après la réforme du secteur sucrier, la filière avait fait un grand bond de production en 2017 : la surface betteravière a bondi de 30 % en atteignant 53 000 ha, le rendement a atteint le record de 95,1 t (à 16°, décolletées), et donc la production a dépassé les 5 millions de tonnes… de quoi remonter les producteurs en perspective des futures actions syndicales.

Une dérogation pour les néonicotinoïdes ?
Enfin, le syndicalisme s’exprime aussi face aux pouvoirs publics. C’est ainsi que l’ASBS a poursuivi un lobby ciblé sur les contraintes environnementales : si l’Europe a interdit les néonicotinoïdes, la filière betteraves cherche à obtenir une dérogation, rappelant que «les betteraves ne fleurissent pas et qu’il n’y a aucune incidence pour les abeilles». Une action qui, à ce jour, à recueilli le soutien officiel de 218 maires de la Somme (900 à l’échelle des Hauts-de-France), et que la CGB Hauts-de-France défendra en préfecture de Région dans les prochains jours.


La betterave samarienne, en chiffres

3 200 planteurs

53 000 hectares, soit 16,5 hectares en moyenne par exploitation (+ 30 % par rapport à 2016)

11,5 % des surfaces agricoles du département

95,1 tonnes de rendement de betteraves à 16° par hectare

14 tonnes de rendement en sucre blanc par hectare

5 millions de tonnes de betteraves produites

3 filières : le sucre blanc, l’alcool et la matière sèche de pulpes destinées à l’élevage

500 emplois en sucrerie et 800 pendant la campagne


L’ASBS devient CGB Somme

Ce fut la dernière assemblée pour l’ASBS, car une des premières résolutions a été de modifier la dénomination du syndicat betteravier, pour choisir le sigle CGB Somme (CGB : Confédération générale des betteraviers). La démarche est également adoptée par l’ensemble des syndicats betteraviers de France, et trouve une résonance à l’échelle régionale. Guillaume Gandon est ainsi l’élu représentant la CGB Hauts-de-France, qui unit les syndicats betteraviers à l’échelle de la région administrative.

Une charte CGB Somme - JA


Dans le but de favoriser les démarches d’accueil de jeunes dans les filières, la CGB Somme et JA Somme ont établi une convention partenariale dans laquelle les structures renforcent leurs partenariats (formation, appui, etc.). Dans ce cadre, la CGB Somme propose une ristourne de 20 % aux structures agricoles comportant un adhérent de JA. La charte a été signée par Dominique Fievez, président de la CGB Somme et Paul Sannier, administrateur JA Somme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde