Aller au contenu principal

Agora : une coopérative organisée en région

La coopérative Agora, dans l’Oise, ouvrira ses portes aux collégiens, le 11 juin, lors de la Semaine de la coopération agricole. Interview de son président, Thierry Dupont.

Thierry Dupont : «Notre organisation en région permet d’être à l’écoute des adhérents.»
Thierry Dupont : «Notre organisation en région permet d’être à l’écoute des adhérents.»
© D. A.



La coopération, qu’est-ce que cela veut dire ?

La coopération est née de la volonté des agriculteurs au début du XXe siècle de mettre en commun des moyens humains, financiers et matériels pour mieux valoriser la production de leurs exploitations.
La coopérative agricole est donc le prolongement des exploitations agricoles. C’est une entreprise qui appartient aux agriculteurs, et qu’ils gouvernent eux-mêmes. La coopérative contribue à faire vivre son territoire, en y créant activité économique et emploi. La coopération, c’est avant tout des hommes et des femmes qui collaborent.

Depuis quand existe Agora ?
Agora a été créée en 2010 suite à la fusion des coopératives CapaFrance, Force5 et Océal. L’histoire remonte bien avant avec de nombreuses évolutions depuis les années 1920, période à laquelle les premières coopératives locales se sont constituées. Sur la période 2017-2018, Agora comprend 2 540 agriculteurs adhérents, un conseil d’administration constitué de 23 administrateurs, un chiffre d’affaires de 258 millions d’euros, 52 sites de collecte, 136 salariés, et nous avons collecté 930 000 t de céréales.

En quoi sa taille correspond-elle à l’esprit coopératif ?
La taille d’Agora lui permet d’être proche de ses adhérents. Au-delà d’une valeur, la proximité est une réalité sur le terrain. Notre organisation en région permet d’être à l’écoute des adhérents.
Cela nous permet également d’être agile dans un écosystème en pleine mutation pour répondre aux nouveaux enjeux de la consommation, des marchés et aux enjeux environnementaux. La coopérative est autant interpellée par ses adhérents que par les citoyens. L’adhérent a besoin d’être accompagné pour continuer à produire et développer son revenu agricole en faisant face aux nouvelles contraintes réglementaires. Le citoyen souhaite des solutions pour consommer des produits toujours plus sains et avec un minimum d’impact sur l’environnement.
Agora développe donc des compétences pour accompagner la transition vers de nouveaux modèles agricoles toujours plus durables. Nous nous tournons vers une agriculture de projet pour accompagner chaque adhérent dans la recherche de sa performance technico-économique. L’engagement de la coopérative sur l’agriculture de conservation des sols, l’animation de deux GIEE (Groupement d’intérêt économique et environnemental) avec la structure d’expertise agricole Easi’Nov, le développement de la collecte bio… en sont des exemples.
Afin d’être plus proches des citoyens, les adhérents et collaborateurs Agora ont souhaité également s’inscrire dans un projet pédagogique sur l’agriculture. C’est comme cela qu’est né le réseau des #Agricurieux et l’Agora des collèges.

Qu’est-ce que l’Agora des collèges ?
C’est avant tout un projet pédagogique qui vise à rapprocher le monde agricole avec le grand public, et surtout les jeunes. Avec l’accélération des débats sur l’agriculture, Agora souhaite renouveler son engagement pour rapprocher les jeunes futurs consommateurs de nouveaux modes de production nourriciers, transparents et innovants.
C’est un dispositif qui permet la rencontre entre une classe, leur enseignant, un agriculteur adhérent de la coopérative et un collaborateur Agora. Dans l’année, il y a quatre temps forts d’échanges pour présenter le métier d’agriculteur, sa relation avec son environnement, découvrir son quotidien et la saisonnalité des cultures, connaître les débouchés des produits cultivés sur notre territoire, et découvrir la coopération agricole.

Quel est le bilan de la première édition ?
Le bilan de la première édition a été très positif, car il y a eu un véritable échange qui s’est mis en place. Les élèves et leurs enseignants ont pu découvrir l’agriculture de notre territoire. Une agriculture dynamique, innovante, qui se remet en question pour s’adapter et qui se préoccupe de son environnement.

Quels sont les thèmes de cette année, ainsi que les objectifs ?
La nouveauté en 2019 est de mettre l’accent sur l’agronomie en accueillant, pour la clôture de la saison, l’ensemble des collégiens participants sur la plateforme agronomique d’Agora à Mouchy-le-Châtel, mardi 11 juin.
Nous souhaitons les plonger au cœur de l’innovation avec du concret puisque les élèves et leurs enseignants découvriront la plateforme deux jours avant la journée technique réservée aux adhérents de la coopérative.
Cette plateforme, avec plus de deux mille micro-parcelles, est un laboratoire à ciel ouvert où nous expérimentons les variétés de demain, des techniques culturales innovantes, des associations des végétaux, les leviers agronomiques pour réduire l’utilisation des intrants. Nous y testons aussi des outils d’aide à la décision.
La journée est organisée selon un parcours ludique en six étapes : cultures, expérimentations, sol, biodiversité, conférences sur l’environnement et machinisme pour mieux comprendre comment l’agriculteur collabore et préserve la nature.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde