Aller au contenu principal

Agri Santerre met la première arracheuse- chargeuse Grimme Select 200 en terre

Adieu la GT. La Select 200 ouvre désormais une nouvelle ère dans l’arrachage de pommes de terre. Ce 11 octobre à Berny-en-Santerre, le concessionnaire Grimme Agri Santerre présentait cinq machines dernier cri, dont la toute nouvelle Select 200 qui devrait être aussi populaire que son ancêtre dans le secteur. 

Pour Jean-Baptiste Chombart, chez Agri Santerre, «La Select 200 de Grimme a de quoi tenir ses promesses».
Pour Jean-Baptiste Chombart, chez Agri Santerre, «La Select 200 de Grimme a de quoi tenir ses promesses».
© Agri Santerre

«C’est une page qui se tourne», estime Jean-Baptiste Chombart, spécialiste de la pomme de terre chez Agri Santerre. Ce 11 octobre, lors d’une démonstration d’arracheuses de pommes de terre à Berny-en-Santerre, l’effervescence se faisait sentir. Le concessionnaire du Groupe Dubreuil commercialisait l’arracheuse Grimme GT depuis l’année de sa naissance, en 2004. «Elle a largement fait ses preuves. 2 400 machines ont été vendues au total.» Dix-huit ans plus tard, elle laisse la place à la très attendue arracheuse-chargeuse simplifiée à deux rangs Select 200, présentée en dynamique en avant-première dans les terres du Santerre. «Cette nouvelle génération moderne a de quoi tenir ses promesses», assure Jean-Baptiste Chombart.

Ce qu’elle a de plus ? «On peut la résumer en trois principales qualités : sa capacité de déterrage, sa facilité d’utilisation et le respect produit», résume Jean-Baptiste Jeanne, commercial pommes de terre chez Grimme. Les améliorations apportées à la machine devraient séduire. Le nouveau système d’entraînement des chaînes nommé Variodrive en fait partie. «C’est un réglable en continu qui permet de combiner les avantages d'un entraînement mécanique et hydraulique. Le tamisage est optimal, quel que soit le débit de chantier.» 

Terminé, d’ailleurs, le compromis entre qualité et débit de chantier, grâce au système Speedtronic. «C’est la régulation de la vitesse des séparateurs en fonction de la charge. Le régime moteur s’adapte automatiquement aux conditions d’arrachage. La réaction s'effectue à l'intérieur de la machine lorsque la charge est déterminée. On obtient donc un meilleur respect du produit.» Pour le chauffeur, ce réglage automatique est un vrai confort. Une telle machine serait capable d’arracher 200 ha par an sans problème. 

 

Un chauffeur dorloté

Les commerciaux mettent aussi en avant le système vidéo SmartView, qui a reçu une médaille d'argent de la DLG (association de l'agriculture allemande). «Le système de caméra avec un angle de vue très large offre au conducteur une vue sur l'ensemble de la machine. Il peut zoomer, déplacer… Comme sur une tablette tactile. Il y a même un mode ralenti des vidéos.»

Ajoutez à cela des déplacements facilités par la largeur de transport sur route inférieure à 3 m. La direction d'essieu automatique (ActiveSteering), elle, «améliore le confort en bordure de champ, réduit le rayon de braquage et permet une entrée optimale dans le rang». Il s’agit d’une direction hydraulique à commande électronique, sans besoin de point d'attelage supplémentaire sur le tracteur. En mode route, le système se comporte comme un essieu suiveur forcé classique. 

 

D’autres machines en démo

Quatre autres machines étaient présentées lors de la démonstration qu’organisait Agri Santerre : la Varitron 470, la Evo 280, la WH 200 et la Ventor 4150. Cette dernière est un «concept unique». «C’est la première automotrice 4 rangs basée sur le concept SE», note Jean-Baptiste Jeanne, commercial pommes de terre chez Grimme. Elle avait d’ailleurs remporté le titre de «machine de l'année 2018» à l'Agritechnica Innovation Award. Ici, la priorité a été mise sur le confort du chauffeur, avec une cabine très silencieuse, un siège chauffant en cuir avec dossier très haut, une aération active, une suspension pneumatique réglable... «Comme la Select 200, elle est équipée du système vidéo SmartView, du Variodrive, du SpeedTronic…»
La journée était aussi l’occasion de découvrir la benne Krone France GX 440, adaptée à la récolte des pommes de terre grâce, entre autres, «au panneau avant grande vision, ses rehausses hydrauliques pour abaisser au maximum le point de chute, et en option la télécommande pour actionner le tapis depuis le sol et alimenter régulièrement le trieur», explique Ludovic Guillaume, promoteur des ventes Krone France.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Rien qu’en 2022, la facture énergétique pour Sodiaal s’élève à 100 millions  d’euros supplémentaires par rapport  à l’an dernier.
Sodiaal décroche et s’en excuse auprès de ses coopérateurs
À la traîne depuis quelques mois en matière de prix du lait payé aux éleveurs par rapport à d’autres entreprises laitières, la…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde