Aller au contenu principal

Graminées
Agrial/Benoist Sem rencontre les producteurs

Les responsables du groupe ont présenté ses perspectives de développement pour le bassin.

La rencontre était attendue, elle a eu lieu le 7 septembre : les principaux responsables du groupe Agrial/Benoist Sem, à savoir Arnaud Degoulet, président du groupe, Hubert de Beauregard, président de Benoist Sem, Ludovic Spiers, directeur général, Christian Clarysse, directeur de la coopérative et Philippe Vincent, directeur de la branche semences, sont venus à Hornoy-le-Bourg pour rencontrer les producteurs du bassin de graminées concernés par le devenir des Ets Laboulet. Ils ont ainsi présenté le groupe et ses diverses branches d’activité, qui se sont diversifiées et développées significativement sur les trente dernières années. Au-delà de la branche « amont » (agrofourniture, nutrition animale, céréales, porcs, œufs et services), Agrial a développé les branches « distribution rurale », «machinisme», «lait», «volailles», «boissons», «légumes» et «semences». Cette dernière représente en 2011 près de 12 000 hectares, dont 5 850 hectares en semences de céréales et colza, 3 860 hectares en maïs, et 2 650 hectares en graminées fourragères. Ce dernier secteur, qui concerne au premier chef les multiplicateurs du bassin, s’inscrit dans un plan de développement stratégique. Ainsi vient de débuter la construction d’une nouvelle usine spécialisée en graminées, en partenariat avec RAGT, qui sera opérationnelle en 2013 et aura une capacité de traitement de plus de 10 000 hectares. Elle se situe à Maresché, au nord du Mans.
Dans les échanges, un premier retour a été fait sur les récoltes 2012, pour lesquelles Benoist Sem bénéficiait d’une ordonnance lui permettant d’en assurer le traitement commercial avec les multiplicateurs. Au cours de la campagne, plus de 10 900 quintaux ont été réceptionnés sur le site d’Airaines (soit une surface totale supérieure à 1000 hectares) pour le compte de Benoist Sem, qui sous traite aux Ets Laboulet. Le règlement d’un acompte est en cours sur ces volumes, et, Ludovic Spiers s’est engagé à ce que le processus soit achevé auprès de tous les producteurs dans les prochains jours.

Un objectif de 4 000 ha
Au-delà de la récolte 2012, Agrial/Benoist Sem a présenté ses perspectives de développement pour le bassin, fixant un objectif d’implantation à hauteur de 4 000 hectares. Agrial/Benoist Sem se positionnera sur plusieurs espèces, la principale étant le ray-grass anglais qui apporte un complément de gamme de production significatif au bassin historique de Benoist Sem.
De plus, Ludovic Spiers a clairement indiqué être attaché au maintien d’un site de réception/stockage à la récolte de proximité pour le bassin, et ce pour garantir une logistique efficace tant pour les producteurs que pour l’entreprise. Un point marquant pour les producteurs, même si le pas de temps juridique entretient le flou sur l’avenir du site d’Airaines (la prochaine audience au tribunal de commerce aura lieu début octobre).
Cependant, pour l’heure, Benoist Sem considère que le partenariat de sous-traitance pour ces opérations peut perdurer avec les Ets Laboulet, le site actuel répondant encore aux besoins de la filière. Avec l’objectif de reconquérir des surfaces et se disant ouverts à tout partenariat susceptible de renforcer le bassin, les représentants d’Agrial/Benoist Sem ont donc commencé à apporter des visages, des intentions, et des réponses aux producteurs ; et les échanges directs avec les participants ont été bienvenus de part et d’autre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde