Aller au contenu principal

Agroécologie : le conseil doit s’adapter

Près d’une centaine de conseillers agricoles des Hauts-de-France participaient fin de semaine dernière à un webinaire sur l’impact de la transition agroécologique sur les métiers d’agriculteur et de conseiller.

L’agroécologie est synonyme d’un grand nombre de notions et de pratiques, nouvelles et anciennes, que les conseillers doivent appréhender pour accompagner les agriculteurs sur le chemin de la transition.
L’agroécologie est synonyme d’un grand nombre de notions et de pratiques, nouvelles et anciennes, que les conseillers doivent appréhender pour accompagner les agriculteurs sur le chemin de la transition.
© Ministère de l’agriculture

S’engager dans la transition agroécologique n’a pas qu’un impact sur le fonctionnement d’une exploitation et le métier d’agriculteur tel qu’on l’apprend dans les écoles. Pour ceux dont le quotidien est d’accompagner les agriculteurs, le virage agroécologique s’accompagne aussi d’un certain nombre de bouleversements. Que ces derniers se rassurent, la transition écologique n’est ni le premier ni le dernier changement qui leur fait face, et c’est pour cela que le réseau SCA (Système de conseil agricole) dans les Hauts-de-France intervient. Président de la commission environnement de la Chambre d’agriculture régionale, Bruno Haas l’assure : «Pour accompagner la transition, le conseil doit être structuré. Beaucoup de choses sont en train de se mettre en place même si en matière d’agroécologie, il n’y a pas de réponses toutes faites». 

Du côté de la Coopération agricole Hauts-de-France, où l’on revendique «une capacité à démultiplier des techniques auprès des agriculteurs» dixit son président Marc Braidy, on sent la même volonté d’aller de l’avant, même si celle-ci est pressée : «Le temps des penseurs est passé. Le législateur a fait son œuvre et c’est désormais à nous, les acteurs de terrain, d’entrer en action.» Chez Agro Transfert, «quasiment tous les sujets sur lesquels on travaille parle d’agroécologie», a détaillé pour sa part Claire Ramette ; évoquant des projets qui s’adressent soit directement aux agriculteurs, soit aux conseillers ou parfois même aux deux.

 

Des métiers en mutation

Après avoir abordé les contours de l’agroécologie – le concept est finalement assez vaste et rassemble un certain nombre de réalités et de pratiques parfois seulement remises au goût du jour -, les échanges se sont poursuivis sur le rôle proprement dit du conseiller. Pour cela, deux «anciens» - ils ont tous deux commencé leur carrière en 1987 -, ont livré leurs expériences. Conseiller au sein de la coopérative Noriap, Francis Beauvisage est formel : «L’évolution du conseil est réelle (…) On a un rôle technique, mais aussi social parce qu’on doit veiller à la pérennité des agriculteurs que l’on suit, avec des techniques qui évoluent et qui continueront encore d’évoluer.» Conseiller à la Chambre d’agriculture de l’Oise, François Dumoulin rappelle ainsi que «l’agriculture se donne des objectifs et au conseiller de lui donner des outils pour l’aider dans son choix». «Il est assez rare qu’un agriculteur demande qu’on l’aide à se poser des questions, mais il faut le faire pour qu’il s’approprie les réponses.» 

 

Les clés d’une transition réussie

Toujours forts de leurs expériences, les deux hommes reviennent ensuite sur les conditions requises pour un changement de pratiques réussi. «Il faut se mettre d’accord avec l’agriculteur sur ses objectifs, témoigne ainsi François Dumoulin. On ne peut pas se contenter de dire ce qu’il y a à faire.» Pour lui, expérience, partage et échange sont sans conteste «plus efficaces que le meilleur des conseillers». Pas surprenant donc que ce dernier insiste sur la notion de collectif. Pour Francis Beauvisage, la réussite d’une relation entre un agriculteur et un conseiller repose sur la confiance : «Compte tenu que l’on peut essuyer des plâtres, il faut s’entendre et se faire confiance. Cela passe notamment par beaucoup d’échanges d’informations.»

 

Pas de retour en arrière

Quels que soient les changements qui sont déjà engagés ou ceux à venir, il n’est de toutes façons «plus possible de revenir en arrière», souligne François Dumoulin : «L’agroécologie va devenir une évidence. Dans le conseil, il y a une question de savoir-être et de connaissances. Il faut être transparent avec l’agriculture et ne pas hésiter à dire que l’on ne sait pas tout.» De toutes manières, poursuit-il, «tout n’est pas calé avec l’agroécologie. Il faut savoir faire la différence entre une référence, une probabilité et un avis qu’on peut avoir (…) Il faut parfois savoir scier la branche sur laquelle on est assis pour en saisir une plus prometteuse». Lui-même assure «croire aujourd’hui en des choses auxquelles il ne croyait pas il y a quinze ans». François Dumoulin estime enfin à «5 ans» le temps nécessaire à la remise en cause des pratiques et le temps de la transition. Moins de temps qu’il ne faudra pour former un grand nombre de conseillers dans la région pour y accompagner ses agriculteurs.

 

Gaïago et UniLaSalle créent une Chaire de recherche et d’innovation

Le 10 juin dernier a été signé sur le campus d’UniLaSalle Rouen la création de la Chaire Biomécanismes pour la vie du sol et la nutriprotection des plantes entre Gaïago et l’Ecole d’Agriculture. Cette organisation dédiée à l’innovation a pour objectif d’accélérer la transition agroécologique en associant dans un même univers la microbiologie des sols, celle des plantes, les systèmes culturaux, l’étude les interactions entre la plante et son microbiote pour avoir une nouvelle compréhension de l’utilisation des éléments nutritifs et de la protection des plantes contre les maladies. L’enjeu étant de parvenir à une réduction des intrants chimiques (engrais et produits phytosanitaires). 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde