Aller au contenu principal

Agroforesterie : la société Hatté transforme les arbres en meubles haut de gamme

Un des débouchés de l’agroforesterie : la vente aux entreprises locales. Les ébénistes de la société Hatté, à Tronchoy, travaillent le bois, du tronc et des branches aux meubles, tables et chaises.

Chez Hatté, le bois provient d’arbres qui ont poussé dans la région.
Chez Hatté, le bois provient d’arbres qui ont poussé dans la région.
© A. P.

Une table, un confiturier, une chaise paillée nommée «cadot» en patois picard… Ce vendredi après-midi, dans l’atelier de la société Hatté, à Tronchoy, près d’Hornoy-le-Bourg, les douze ébénistes et leur patron, Claude Hatté, se préparent à leur fermeture annuelle au mois d’août, mais les commandes continuent d’affluer.
Ici, le créneau est le mobilier massif, les tables et les chaises haut de gamme, aux lignes sobres, garanties à vie. «Mon père a ouvert la scierie et fabrique de chaises en 1946, raconte Claude Hatté. En 1962, nous avons débuté la fabrication de tables puis, dans les années 1980, de meubles traditionnels. Depuis 2008, nous créons et fabriquons du mobilier contemporain massif.» Une activité diversifiée, cohérente avec les attentes des clients. Les tables, par exemple, peuvent désormais être dotées d’une plaque centrale en céramique, «car de moins en moins de personnes utilisent des nappes et des dessous de plat». Ou encore, les dossiers des chaises sont ergonomiques, étudiés pour le confort et le maintien du dos.
Mais une chose n’a pas changé : les arbres, eux, ont toujours poussé dans les terres du secteur.  Les essences travaillées sont diverses : hêtre, frêne, merisier, noyer, sapin de Douglas… Le plus demandé reste le noble chêne, «car son veinage ressort. Un aspect que les gens aiment», explique Claude.
Le professionnel se rend lui-même chez des propriétaires de bois ou des agriculteurs agro-forestiers, pour estimer le prix au m3 de l’arbre encore sur pied, avant qu’il ne soit débité. «Tout dépend de la structure du bois. S’il a beaucoup de noeuds, il servira à faire des poutres, comme les branches. Les plus beaux troncs servent aux meubles.» Les achats se font d’octobre à février environ, en sève descendante. La paille de seigle, utilisée pour le paillage des chaises, est aussi achetée aux agriculteurs du secteur.

Longue préparation du bois
La préparation du bois est ensuite longue et minutieuse. Stocké à l’extérieur, il doit descendre à 22 % d’humidité. Direction ensuite le séchoir pendant quinze jours, pour atteindre 11 % d’humidité. Il est enfin replacé à l’extérieur, sous abri, pour remonter à 13 %. Pour la charpente, un an suffit. Mais dix ou quinze ans d’attente sont nécessaires pour pouvoir en faire un meuble.
Parmi les plus belles pièces, les ébénistes viennent tout juste de livrer et de monter une bibliothèque de 7 m, entièrement sur-mesure, en chêne naturel. «C’est ce qui est passionnant dans le métier, confie Claude. Nous ne faisons que des pièces uniques, donc les projets sont tous différents. On rencontre beaucoup de monde.»
Les agriculteurs défilent aussi dans la cour, jusqu’à la scierie. Ils viennent chercher des copeaux de bois, qu’ils étalent dans les logettes des vaches, ou amènent eux-mêmes leurs arbres, qu’ils font débiter sur place. Ils repartent ainsi avec des poteaux de clôtures ou des planches pour construire des bâtiments. Deux mondes étroitement liés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde