Aller au contenu principal

Agroforesterie : témoignage d’un agriculteur samarien

Voilà dix ans qu’Anthony Hordé pratique l’agroforesterie dans une de ses parcelles. La plantation d’arbres était surtout une volonté de son père, qui était un fervent chasseur.

Cette année, la parcelle est conduite en alternance : maïs, arbres, orge.
Cette année, la parcelle est conduite en alternance : maïs, arbres, orge.
© A. P.

La chasse a toujours fait partie de la vie de la famille Hordé. C’est d’ailleurs cette passion qui les a poussés à pratiquer l’agroforesterie dans une parcelle de 8 ha, à Domart-sur-la-Luce. «Cet îlot a toujours été un peu sauvage, dédié à la pratique de la chasse, explique Anthony Hordé, installé sur 150 ha. Il y a dix ans, nous avons profité des aides régionales, qui nous ont financé 70 % environ de l’achat et de la plantation des quatre cents arbres
La parcelle est originale. Cette année, elle était cultivée en maïs grain et orge de printemps : une bande de maïs de 26 m de large, pour permettre le passage aisé du pulvérisateur de 24 m, une bande d’arbres d’une dizaine de mètres de large, puis une bande d’orge, une bande d’arbres, une bande de maïs… Et ainsi de suite. Meurisiers, noyers, hêtres, charmes et érables. Ces cinq espèces ont été sélectionnées pour leur adaptation au climat local et au sol assez séchant du champ.
L’aspect cynégétique que les agriculteurs-chasseurs voulaient y développer et entièrement rempli : «La biodiversité s’y développe beaucoup plus qu’ailleurs. On parle de disparition de la perdrix grise, et bien les deux seuls nids que j’ai aperçus dans mes terres étaient dans ce champ.» Cultiver deux cultures, l’une à côte de l’autre, prend ici tout son sens : elles ne sont pas moissonnées en même temps, et offrent toujours un refuge aux animaux. Le paradis de la faune, dans cette parcelle qui plus est entourée d’une haie. «Et je ne compte pas les insectes qui s’y développent». Insectes utiles y compris, évidemment.

Passionné avant tout
Mais Anthony Hordé est clair : «Je ne veux pas vendre de rêve avec l’agroforesterie. Je ne la pratiquerais pas partout dans mon exploitation. Il faut avant tout être passionné de nature.» Car l’intérêt économique ne se fait pas vraiment sentir. Les arbres, plantés il y a dix ans, ne sont pas prêts d’être débités pour valoriser leur bois. Ils pourront alors servir de bois de chauffage, ou être vendus entiers. «Ils doivent avoir au moins trente ans avant de pouvoir être coupés.»
Comme ils ne subissent pas de concurrence, comme leurs congénères en forêts, ils ont tendance à s’épanouir en largeur plutôt qu’en hauteur et nécessitent donc de l’entretien. «J’ai appris à les tailler. C’est à faire tous les ans, cinq ou six ans après les avoir plantés. Un sacré travail.» Les intérêts agronomiques ont aussi du mal à se faire sentir. La parcelle, comme toutes les autres de l’exploitation, est conduite en non-labour. Et comme ailleurs, deux reliquats d’azote ont été  apportés pour le maïs et l’orge. Les insecticides, en revanche, sont proscrits. «Il n’y a pas d’intérêt à vouloir privilégier la biodiversité pour ensuite la détruire.»
Si les bénéfices ne sont pas flagrants, Anthony Hordé dit ne pas avoir de perte non plus. «Les rendements sont toujours au moins aussi bons que dans des terres similaires sans arbre. Pas d’effet d’ombre néfaste, ni autre inconvénient.» Les bandes d’arbres laissées en jachères semblent avoir trouvé seules leur équilibre. «Il y a des herbes, des ronces et des chardons par-ci, par là, mais ces adventices n’envahissent pas le champ. Chez mon oncle (agriculteur à quelques kilomètres, ndlr), en revanche, où on avait semé du gazon dans la bande avant de planter les arbres, la gestion de l’herbe dans la parcelle a été un problème.» Une question de bon compromis.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde