Aller au contenu principal

Agronomie : oser le lin en semis direct

Choix du couvert, densité et date de semis sont des facteurs majeurs dans la réussite d’une culture de lin sous couvert et sans travail du sol préalable.

Lin implanté en semis direct.
Lin implanté en semis direct.
© C. GLORIA - J. C. GUTNER

Pour semer du lin sans travail du sol préalable, suivant les principes de l’agriculture de conservation, «le plus difficile a été de convaincre le technicien de la coopérative», expliquait Marc Bouquet, mi-mars, lors de l’assemblée générale de l’Apad 62. Agriculteur en Seine-Maritime depuis 1992, il pratique le non-labour depuis 2002, avant de devenir un adepte du semis direct depuis 2012.
Président de l’Apad 62 et agriculteur à Guînes, dans le Calaisis, Marc Lefebvre rappelait en préambule les objectifs de l’association de promotion de l’agriculture de conservation des sols (ACS) : réussir à appliquer les méthodes de l’ACS aux grandes cultures comme aux cultures industrielles, sans dégrader les sols et sans pénaliser le rendement. Les témoignages d’agriculteurs d’autres départements de France l’ont montré, il est tout à fait possible de cultiver maïs, betteraves ou encore lin à fibre sans un travail préalable du sol.

Bien choisir le couvert
Comme dans toute démarche d’agriculture de conservation, une importance capitale est apportée au choix du couvert. En ce qui concerne le lin, il devra être semé le plus tôt possible afin d’être suffisamment développé lors de l’étape de destruction et jouer un rôle positif sur la structure du sol . Un couvert développé est aussi plus facile à détruire. La destruction du couvert doit intervenir à partir de mi-janvier pour un semis à partir de mi-mars. L’association entre un couvert développé et un semis direct permet, en outre, de diminuer la germination des graines d’adventices. Le couvert «idéal» avant une culture de lin se compose d’un mélange avoine brésilienne (15 kg/ha), pois de printemps (50 kg/ha) et féverole de printemps (50 kg/ha). En revanche, les couverts fibreux sont à bannir.
Pour cultiver du lin en semis direct, Marc Bouquet a d’abord augmenté la densité de semis : «Je suis passé de 2 000 à 2 500 graines au m2 pour compenser les pertes à la levée», explique-t-il. Le semoir recommandé est équipé de disques, «pour gagner en précision». Le sol doit, quant à lui, être bien plat afin de sécuriser la profondeur d’implantation. Rouler le semis permet ensuite de favoriser le contact entre la graine et la terre, puis de fermer le sillon.
Enfin, en ce qui concerne la fertilisation, il est recommandé d’appliquer une base de 120 kg/ha de 18-46, qui sera ensuite complétée en azote selon les résultats du plan prévisionnel de fertilisation. En phase de croissance, Marc Bouquet constate alors un nombre de pieds moindre, mais un lin plus haut et des tiges plus épaisses. Le résultat est un poids de filasse plus élevé et de meilleure qualité, avec un risque de verse atténué.

Rendement : avantage au semis direct
Les résultats constatés par Marc Bouquet sur ses cultures de lin sont globalement positifs. Avec une pointe d’humour, et sans doute un peu d’ironie, il constate des résultats «intéressants» : «Je ne sais pas forcément l’expliquer, mais ça marche.» La comparaison des résultats de différentes modalités de culture donne l’avantage à la combinaison semis direct à 150 kg/ha dans un couvert non broyé, avec une densité de 1 700 pieds levés, une hauteur moyenne de 97 centimètres, un poids de paille de 11 041 kg/ha pour un rendement de 2 708 kilos de lin teillé par hectare et une richesse de 24,5 %.
La modalité la moins efficace repose sur un semis direct à 2 060 graines par m2 dans un couvert broyé. La densité de pieds levés n’y est plus que de 1 497 pieds levés, avec une hauteur de 100 centimètres, mais un poids de paille (1 037 kilos/ha) et de lin teillé (2 384 kilos/ha) inférieurs, et une richesse de 23 %.
Entre les deux, la modalité TCS, avec une densité de semis de
2 060 graines/ha dans un couvert broyé, est celle qui présente la richesse la plus élevée (26,5 %), mais la hauteur (95 cm), le poids de paille (9 953 kilos/ha) et le poids de lin teillé (2 639 kilos/ha) sont aussi inférieurs à la meilleure des modalités testées. En termes économiques, la modalité «semis direct» réalisé avec un semoir à disque de type Séméato est également celle qui présente le meilleur résultat.

Des semis plus tardifs
Après plusieurs années d’expérience (six ans), Marc Bouquet ne semble pas prêt à revenir en arrière. Les niveaux de rendement et de résultats économiques obtenus en semis direct s’affichent en effet «équivalents, voire supérieurs aux lins semés en techniques culturales simplifiées ou après un labour». Un point de vigilance reste néanmoins à observer : s’ils sont utiles et recherchés en agriculture de conservation, les vers de terre ont tendance à dégrader rapidement le lin arraché, qui reste trop longtemps sur un sol vivant.
Le principal frein à l’utilisation du semis direct est le taux d’humidité du sol. «Il faut patienter un peu plus qu’avec les autres techniques. Il y a souvent trop d’humidité dans le sol, et c’est le principal souci de cette culture. On a tendance à vouloir sortir le semoir en même temps que les collègues, alors qu’il faut souvent patienter encore quelques jours. Au final, on commence nos semis quand les autres ont terminé», explique l’agriculteur normand.
D’autres travaux sont en cours sur son exploitation autour de la culture du lin en agriculture de conservation. Il s’agit, par exemple, d’évaluer la substitution de fongicides et insecticides chimiques par l’utilisation d’extraits fermentés de plantes, d’avoir recours à une fertilisation localisée, de tester différents modes de destruction de couverts avant lin ou encore de semer le lin sous un couvert de trèfle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde