Aller au contenu principal

Aide alimentaire : trois jours pour «faire la différence»

Alors que la France compte 9,3 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté, le réseau des Banques alimentaires mobilise chaque année plus de 130 000 bénévoles qui collectent pas moins de 11 % des denrées annuelles en trois jours. Cette année, la collecte aura lieu les 29, 30 novembre et le 1er décembre.

79 Banques alimentaires et 5 400 associations et CCAS partenaires sont à cette occasion mobilisés sur tout le territoire.
79 Banques alimentaires et 5 400 associations et CCAS partenaires sont à cette occasion mobilisés sur tout le territoire.
© Banques alimentaires




À l'occasion de la Collecte nationale le 29 et 30 novembre et 1er décembre prochains, les 79 Banques alimentaires réparties sur tout le territoire réaffirment leur objectif d'apporter une aide alimentaire de qualité aux personnes en situation de précarité. Cette opération nationale permet également d'augmenter les dons en produits secs - qui viennent à manquer chaque fin d'année - pour compléter les produits frais que nous récupérons et distribuons quotidiennement.

Un exploit des «Gilets orange»
Grâce à l'implication des  6 530 bénévoles permanents et des 130 000 bénévoles ponctuels, les 11 500 tonnes de denrées récupérées à l'occasion de la Collecte nationale permettent de redistribuer 23 millions de repas. En trois jours, plus de 130 000 bénévoles «Gilets orange» seront mobilisés pour collecter, trier et stocker tous ces dons. 79 Banques alimentaires et 5 400 associations et CCAS partenaires sont, à cette occasion, mobilisés sur tout le territoire en animant quelque 9 000 points de collecte dont 8 000 magasins. Cette opération nationale de grande ampleur reste «indispensable» pour les Banques alimentaires, puisqu'elle représente pas moins de 11 % de ses ressources annuelles, soit l'équivalent, soit 23 millions de repas. En 2018, les Banques alimentaires ont distribué 113 000 tonnes de denrées alimentaires, soit l'équivalent de 226 000 millions de repas. Parmi les 113 000 tonnes, 73 000 tonnes ont été sauvées du gaspillage alimentaire. Pour Jacques Bailet, Président du réseau des Banques alimentaires : «Dans ce grand moment de solidarité porté par les «Gilets orange», je sais que la générosité de nos concitoyens sera au rendez-vous. En trois jours, cette mobilisation va nous permettre de collecter l'équivalent de plus de vingt millions de repas, et aider ainsi l'Homme à se restaurer.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde