Aller au contenu principal

Ailly-le-Haut-Clocher : lait, lin, fécule, des filières à développer

Mathieu Bilhaut a tenu l’assemblée générale du canton. Il est entouré ici par Vicent Duchemin,  vice-président de la Fdsea, et Antoine Berthe, président de la Calira.
Mathieu Bilhaut a tenu l’assemblée générale du canton. Il est entouré ici par Vicent Duchemin, vice-président de la Fdsea, et Antoine Berthe, président de la Calira.
© AAP


Mathieu Bilhaut a tenu l’assemblée générale du canton d’Ailly-le-Haut -Clocher sur la thématique des filières à consolider dans le secteur porc, mais les travaux ont focalisé sur le lait, le lin et la fécule.
Concernant le lait et la fécule, ce fut l’occasion de faire le point sur les dernières annonces des aides couplées dans ces filières. En effet, l’enveloppe allouée à la fécule et au houblon laisse entrevoir une persistance partielle des aides couplées en fécule, à hauteur d’environ 150 à 200 €/ha en moyenne. Outre ce niveau, la filière compte sur un soutien spécifique transitoire sur les deux prochaines récolte.
«Pour la fécule, nous travaillons sur plusieurs points», a annoncé Gilbert Duchemin, vice-président de la Fdsea. «L’aide couplée à venir pourra correspondre à un quart - un tiers de l’aide couplée de 2012. A terme, ce sera à l’industriel de valoriser davantage le produit. Les négociations ont progressé dans ce sens au cours des dernières campagnes, et il faut continuer à être exigeant côté producteurs. Enfin, pour permettre la transition, tout soutien, même temporaire sera un amortisseur nécessaire et bienvenu».
Côté lait, les débats ont porté sur l’avenir de la filière et des sites de production. «C’est clair, il n’y a pas un modèle en lait. Le bon modèle, c’est celui qui permet le bon équilibre financier, humain, organisationnel pour l’éleveur, et ce qui va pour l’un ne va pas pour l’autre», a commenté Olivier Vermes, vice-président de Lact’Union.

Les anti élevages : une minorité
Plusieurs participants ont par ailleurs exprimé le sentiment d’être de plus en plus isolés ou stigmatisés par leur voisinage. Pour autant, et malgré une surmédiatisation chronique liée aux élevages, les citoyens expriment en général leur attachement à la population agricole, et aux éleveurs en particulier. «Il y a toujours des personnes pour critiquer, attaquer, stigmatiser, et ce pas seulement à l’égard des agriculteurs et des éleveurs. Mais ça reste une minorité et malheureusement on les retrouve sur tous les sujets», ont commenté les maires présents. Autant passer au-dessus et s’intéresser ou s’appuyer sur les gens de bonne foi.
Donc côté soutien, les éleveurs se sont dits en attente d’un vrai soutien au développement et à la modernisation, ce que la réforme de la PAC «promet» sur le second pilier. Car au cours des derniers mois, le PMBE a connu quelques insuffisances de crédits disponibles et cela a pénalisé certains des trop peu nombreux dossiers montés en 2013.
Enfin, Antoine Berthe, président de la Calira a dressé un tableau de l’économie de la filière lin à l’échelle internationale. «C’est un marché quasi exclusif entre la France et le Benelux côté production, et la Chine et à présent un peu l’Inde côté acheteur. Même si chacun essaie de garder un peu pour soi ses informations, le marché aujourd’hui est bien dans une situation de stocks historiquement faibles, et de demande soutenue en volume et en prix».
Dès lors, faut-il augmenter les emblavements ? «La France via son interprofession a fait le choix il y a quelques années de réduire les surfaces. La sole et les volumes teillés ont été réduits de 20%», souligne Antoine Berthe. «Sans inciter aveuglément au sur-emblavement qui pourrait sur plusieurs années re-déréguler les marchés, il serait aberrant en 2014 de ne pas produire du lin quand le marché est sain et que les cours sont là». De surcroît, le lin trouve naturellement sa place dans les rotations, qui devront à terme être diversifiées.
La diversification, la valeur ajoutée, l'agronomie et la transformation sur place sont les points communs des trois filières qui ont fait l’ordre du jour. Des points communs qui engagent à les soutenir et les défendre pour garantir la stabilité et la durabilité des systèmes d’exploitation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde