Aller au contenu principal

A Airaines, Sodiaal concentre le lait pour ses usines françaises

L'UPCL à Airaines, site industriel de Sodiaal, a ouvert ses portes aux adhérents de la coopérative.

L'évaporateur a fait l'objet d'un gros investissement pour économiser l'énergie.
L'évaporateur a fait l'objet d'un gros investissement pour économiser l'énergie.
© AAP

Près de 200 personnes étaient attendues le 10 septembre dernier pour visiter le site UPCL (Union picarde des coopératives laitières) à Airaines, un site industriel du groupe Sodiaal. Occasion pour les adhérents de la coopérative de découvrir les nouveaux investissements réalisés sur ce site et mieux connaitre le process de concentration du lait et de traitement de la crème.

2 millions d'euros investis
C'est en 1961 que plusieurs coopératives de la région se sont associées pour créer un atelier de concentration du lait ainsi qu’une tour de séchage. Entre 1961 et 1983, quatre tours de séchage ont été construites, «jusqu'à deux millions de litres de lait étaient traités par jour», a souligné Henri Rollin, directeur de l'UPCL. Suite à des incendies, les cinq tours a été arrêtées. En 2012, les anciens bâtiments ainsi que la friche industrielle ont été démolis et de nouvelles installations ont été construites
L’UPCL est en effet l'un des deux principaux sites de la région Nord de Sodiaal. «C'est un atout très important pour la coopérative et son équation laitière dans la région Nord», a expliqué Luc Verhaeghe, administrateur Sodiaal région Nord.
L’un des plus gros investissements a été de doter l'évaporateur d'un système de recompression mécanique des vapeurs pour un coût de 1,2 millions d’euro, cofinancé par le Conseil régional de Picardie et l’Ademe. «Nous avons ainsi économisé beaucoup d'énergie, puisque ce nouvel évaporateur consomme sept fois moins de vapeur», a précisé Henri Rollin.
Les investissements, soutenus depuis ces trois dernières années, ne s’arrêteront pas à cela. Il est prévu d'ici la fin de l'année, le passage au gaz pour encore diminuer le coût de production. En 2014, un nouveau système de nettoyage pour tous les équipements de l’usine sera mis en place ainsi qu’un nouveau vannier automatisé pour la concentration du lait. «L’économie d’énergie réalisée grâce à ces investissements représente 500 000 euros chaque année», a affirmé Henri Rollin.

170 millions de litres de lait traités par an
Le site d'Airaines traite à un premier niveau le lait en le concentrant. Sa capacité est de 700 000 litres par jour. 170 millions de litres de lait produit dans la région Nord de Sodiaal sont traités par an. 110 millions sont concentrés, puis expédiés majoritairement vers les usines Yoplait. «Le lait concentré permet de diviser par quatre les coûts de transport», a précisé Henri Rollin. Sont également expédiés : 45 millions de litre de lait écrémé et 15 millions de litre de crème.
Estelle Gonidec, responsable de l’usine, a ensuite présenté le fonctionnement de l’usine aux adhérents: du dépotage à la concentration, en passant par la pasteurisation et l’écrémage. «Tout est contrôlé : chaque citerne est testée et le lait est tracé du producteur à son expédition», a-t-elle assuré. Et de rappeler, «les adhérents ont accès gratuitement au laboratoire, tous les jours, pour effectuer un test s’ils ont un doute sur la qualité de leur lait».
Cette journée a été également l’occasion de faire découvrir aux adhérents la gamme de produits et de services d’Yséo, la filiale d’agrofourniture commune de Sodiaal Nord et Noriap.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde