Aller au contenu principal

A Airaines, Sodiaal concentre le lait pour ses usines françaises

L'UPCL à Airaines, site industriel de Sodiaal, a ouvert ses portes aux adhérents de la coopérative.

L'évaporateur a fait l'objet d'un gros investissement pour économiser l'énergie.
L'évaporateur a fait l'objet d'un gros investissement pour économiser l'énergie.
© AAP

Près de 200 personnes étaient attendues le 10 septembre dernier pour visiter le site UPCL (Union picarde des coopératives laitières) à Airaines, un site industriel du groupe Sodiaal. Occasion pour les adhérents de la coopérative de découvrir les nouveaux investissements réalisés sur ce site et mieux connaitre le process de concentration du lait et de traitement de la crème.

2 millions d'euros investis
C'est en 1961 que plusieurs coopératives de la région se sont associées pour créer un atelier de concentration du lait ainsi qu’une tour de séchage. Entre 1961 et 1983, quatre tours de séchage ont été construites, «jusqu'à deux millions de litres de lait étaient traités par jour», a souligné Henri Rollin, directeur de l'UPCL. Suite à des incendies, les cinq tours a été arrêtées. En 2012, les anciens bâtiments ainsi que la friche industrielle ont été démolis et de nouvelles installations ont été construites
L’UPCL est en effet l'un des deux principaux sites de la région Nord de Sodiaal. «C'est un atout très important pour la coopérative et son équation laitière dans la région Nord», a expliqué Luc Verhaeghe, administrateur Sodiaal région Nord.
L’un des plus gros investissements a été de doter l'évaporateur d'un système de recompression mécanique des vapeurs pour un coût de 1,2 millions d’euro, cofinancé par le Conseil régional de Picardie et l’Ademe. «Nous avons ainsi économisé beaucoup d'énergie, puisque ce nouvel évaporateur consomme sept fois moins de vapeur», a précisé Henri Rollin.
Les investissements, soutenus depuis ces trois dernières années, ne s’arrêteront pas à cela. Il est prévu d'ici la fin de l'année, le passage au gaz pour encore diminuer le coût de production. En 2014, un nouveau système de nettoyage pour tous les équipements de l’usine sera mis en place ainsi qu’un nouveau vannier automatisé pour la concentration du lait. «L’économie d’énergie réalisée grâce à ces investissements représente 500 000 euros chaque année», a affirmé Henri Rollin.

170 millions de litres de lait traités par an
Le site d'Airaines traite à un premier niveau le lait en le concentrant. Sa capacité est de 700 000 litres par jour. 170 millions de litres de lait produit dans la région Nord de Sodiaal sont traités par an. 110 millions sont concentrés, puis expédiés majoritairement vers les usines Yoplait. «Le lait concentré permet de diviser par quatre les coûts de transport», a précisé Henri Rollin. Sont également expédiés : 45 millions de litre de lait écrémé et 15 millions de litre de crème.
Estelle Gonidec, responsable de l’usine, a ensuite présenté le fonctionnement de l’usine aux adhérents: du dépotage à la concentration, en passant par la pasteurisation et l’écrémage. «Tout est contrôlé : chaque citerne est testée et le lait est tracé du producteur à son expédition», a-t-elle assuré. Et de rappeler, «les adhérents ont accès gratuitement au laboratoire, tous les jours, pour effectuer un test s’ils ont un doute sur la qualité de leur lait».
Cette journée a été également l’occasion de faire découvrir aux adhérents la gamme de produits et de services d’Yséo, la filiale d’agrofourniture commune de Sodiaal Nord et Noriap.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde