Aller au contenu principal

Alimentation animale : autour d’une même table pour contrer les hausses

Fabricants d’aliments, organismes de conseil en élevage et syndicalisme se mettent autour de la table pour imaginer des solutions d’accompagnement des éleveurs face à l’augmentation des prix et/ou la raréfaction de certains produits d’alimentation. 

Bilan fourrager, rationnement plus pointu, optimisation de la reproduction font partie des premières pistes avancées par un groupe de travail informel entre syndicalisme, organismes de conseil et fabricants d’aliments pour accompagner les éleveurs face à la hausse des charges.
Bilan fourrager, rationnement plus pointu, optimisation de la reproduction font partie des premières pistes avancées par un groupe de travail informel entre syndicalisme, organismes de conseil et fabricants d’aliments pour accompagner les éleveurs face à la hausse des charges.
© Franck Mechekour

La situation n’est ni «catastrophique», ni «désespérée», mais elle pourrait le devenir si un certain nombre de virages ne sont pas engagés. Face à la montée du cours des matières premières, de l’énergie et des transports, la fabrication d’aliments pour les animaux devient un casse-tête, y compris pour les élevages laitiers. Directeur général de Novial et président de l’association NutriArche - elle regroupe une trentaine de fabricants d’aliments pour animaux implantés dans un croissant allant de la Haute-Normandie à l’Alsace -,
Gaël Peslerbe tirait la sonnette d’alarme en ce début de semaine à l’occasion d’une réunion informelle réunissant Avenir conseil élevage (ACE), le service «élevage» de la Chambre d’agriculture de la Somme et la FDSEA. L’objectif ? Sensibiliser d’abord à un contexte particulier, puis s’accorder sur des messages à transmettre aux éleveurs. «Les tensions que l’on connait actuellement sur le marché des engrais ont un équivalent sur le marché de l’alimentation animale, a ainsi décrit en préambule M. Peslerbe.  La reprise brutale de l’économie mondiale a des conséquences sur les matières premières, l’énergie, le fonctionnement des entreprises, des coûts de production en hausse, un coût du transport qui explose…» 

Rien qu’en ce qui concerne ce dernier volet, la situation est inédite : «Dans une région comme la notre (les Hauts-de-France, ndlr), où l’on a l’habitude de commander aujourd’hui pour être livré dans les jours qui suivent, cela devient compliqué. Les transporteurs sont réticents et cherchent à optimiser autant que possible leurs déplacements. Nous avons des difficultés à trouver des transporteurs pour aller chercher les matières premières pour faire tourner nos usines», constate le directeur général de Novial. L’augmentation du coût du carburant entraîne un surcoût pour l’entreprise Novial de 10 € pour 100 km. La solution passe, selon M. Peslerbe, par un changement d’habitude : «Nos clients vont devoir apprendre à anticiper leurs besoins. Si on ne fait pas cela, les coûts vont devenir difficiles à supporter». 

 

Tensions chez les fabricants

Chez les fabricants, la question du stock est elle aussi prégnante. «Avec un colza à 600 /t, les fabricants d’huile ne sont pas pressés de triturer des graines pour faire de l’huile et de constituer des stocks. Ils fabriquent au fur et à mesure, et cela a une incidence sur la disponibilité des tourteaux», poursuit le directeur de Novial et président de NutriArche. Enfin, le secteur est aussi confronté à une augmentation de l’ammonitrate et de l’urée. «Chaque fabricant d’aliments attend des livraisons plus ou moins importantes, dans les prochains jours, mais on ne sait pas exactement quels seront les volumes livrés.» Pour répondre à cette situation, on explique chez Novial avoir modifié la composition des formules en y intégrant moins d’urée. Autant dire que le redémarrage d’usines fabriquant de l’urée en Europe est attendu. 

 

Et chez les éleveurs ? 

Pour tenter d’atténuer les effets de ce contexte si particulier, les éleveurs auraient eux-mêmes quelques leviers à activer, à commencer par une analyse de leurs choix en matière de reproduction (vêlage plus précoce) ou d’alimentation. À l’occasion de futures rencontres entre les protagonistes, d’autres pistes pourraient encore être développées. «Il y a un peu de temps à passer chez les éleveurs», alerte ainsi Gaël Peslerbe à l’attention de représentants d’ACE et de la chambre d’agriculture qui approuvent. Quitte à ce que certaines préconisations entraînent une baisse de la consommation d’aliments. Mais ce n’est pas ce qui inquiète Gaël Peslerbe pour la pérennité de son activité de fabricant : «L’idée est de permettre aux éleveurs de s’en sortir. Si nous n’avons plus d’éleveurs, nous n’aurons plus de clients et nous devrons fermer des usines…» 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

dégâts sanglier approche affût 1er avril
Le tir du sanglier ré-autorisé à partir du 1er avril

La préfecture de la Somme a décidé de prolonger la période de chasse du sanglier dans la Somme sous conditions en modifiant l’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde