Aller au contenu principal

Amiens : les blés français n'ont pas assez de protéine

La Fdsea tient ses assemblées générales cantonales tout au long de ce mois de janvier. Echos.

© AAP - Swalof Weibull (graphique)


Deux temps forts ont marqué le déroulement de l’assemblée cantonale d’Amiens qui s’est déroulée le 10 janvier à Argoeuves sous la présidence de Fabrice Delavierre et avec la participation de Luc Vermersch, membre du bureau de la Fdsea et président de la section «Gran­des cultures».
Dans un premier temps, Luc Vermersch, en tant que membre du bureau de l’Agpb, a évoqué le fonctionnement du groupe "Céréaliers de France". Il rassemble plusieurs organismes : des structures syndicales dans les filières céréales à paille pour l’Agpb et maïs pour l’Agpm, l’institut technique Arvalis-Institut du végétal, la société financière Unigrains, Passion Céréales chargée de communiquer et de promouvoir les céréales et ses utilisations en particulier en milieu scolaire, et France-Export Céréales chargée de la promotion des grains et des farines dans les pays du monde qui importent des céréales.
Ces différentes structures ont été créées au fil des années en fonction des nécessités observées sur le terrain. Elles sont présidées chacune par un administrateur de l’Agpb ou de l’Agpm.
Au cours de son exposé, Luc Vermersch s’est longuement attardé sur l’évolution des critères d’accès aux marchés mondiaux du blé en particulier celui du taux de protéines.
Il a repris à son compte l’alerte lancée par l’Agpb sur la baisse continue constatée en France depuis plusieurs années. (Cf graphique). «Il faut intensifier la recherche variétale pour gagner en rendement et en protéines, à la fois pour compenser la baisse des aides de l’Europe mais surtout pour rester compétitifs à l’exportation», a-t-il insisté.

Questions réponses sur les sociétés
Autre temps fort, celui consacré aux trois principales formes sociétaires que sont le Gaec, l’Earl et la Scea sous forme de questions-réponses entre les participants et Stéphane Lefever, juriste spécialisé en fiscalité et en droit des sociétés à la Fdsea.
Ce dernier a bien précisé que la transparence des Gaec qui permet de multiplier les soutiens par le nombre d’associés n’est accessible qu’aux sociétés qui regroupent effectivement deux exploitations distinctes. Selon lui, la Scea est le type de société le plus facile à mettre en place et le plus souple dans son fonctionnement.
Il a signalé les évolutions fiscales liées au versement à venir d’une retraite agricole équivalent à 75 % de la retraite du régime général. En effet, le conjoint collaborateur qui détient des parts dans une Earl en tant qu’associé non exploitant va voir son revenu issu de la société cumulé avec celui du gérant et, de fait, entrer dans l’assiette du calcul des cotisations sociales. Ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent. Ce prélèvement de cotisation est destiné à financer le paiement des retraites.
Au cours de l’après-midi, Laurent Lewandowski, animateur de Germa, a présenté cinq des partenaires de ce groupement d’achats. Ils ont été choisis parce qu’ils répondent à une demande des adhérents du groupement mais surtout parce que, implantés dans le département, ils partagent aussi la vision du service aux agriculteurs notamment en termes de relations humaines, considérant le client d’abord comme un individu avant de regarder le chiffre d’affaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde