Aller au contenu principal

Apport d’azote : appliquer la règle des 200°C-jours cumulés

Un apport d’azote minéral ou de lisier, dès les 200°C cumulés (en base 0°C) depuis le 1er janvier, permet de maximiser la production d’une prairie de graminées au premier cycle.

Dans la Somme, la date d’apport se situe entre le 8 et le 17 février.
Dans la Somme, la date d’apport se situe entre le 8 et le 17 février.
© Arvalis

Contrairement aux céréales à paille, il n’existe pas de stade physiologique «repère» permettant de positionner les apports d’azote sur prairies. Le démarrage de la croissance de l’herbe, correspondant à la date optimale d'apport de l'azote, se raisonne en fonction d’une somme de températures en base 0°C depuis le 1er janvier de l’année. Ce critère présente l’avantage de prendre en compte le contexte climatique de l’année et la localisation de la prairie.

Des travaux conduits par Arvalis sur la fertilisation des prairies à base de graminées ont établi qu’un premier apport d’azote (sous forme minérale ou lisier) réalisé à 200°C jours assure une production fourragère de qualité dès le premier cycle de la culture. C’est le meilleur compromis pour éviter un apport trop tardif, synonyme de ralentissement de la croissance et de moindre production d’herbe au printemps. Il ne doit pas non plus être trop précoce au risque d'engendrer des pertes par volatilisation ou dénitrification.

Cette règle des 200°C cumulés s’applique dans toutes les régions. Elle est valable pour une dose appliquée inférieure à 100 kg N/ha et quel que soit le mode d’exploitation (pâturage, ensilage, enrubannage, foin). En prairies installées, les fournitures d’azote par le sol sont globalement faibles en sortie d’hiver. L’apport d’azote à 200°C permet ainsi de faire coïncider une disponibilité suffisante de l’élément pour les plantes dont les besoins sont importants et croissants.

Cet indicateur, converti en date à partir des données météo historiques, permet d’établir les périodes optimales pour réaliser le premier apport d’azote sur prairie pour toutes les régions françaises. Dans la Somme, la date est comprise entre le 8 et le 17 février. Mais il est nécessaire d’actualiser ce calcul aux conditions de l'année afin de piloter plus finement le déclenchement du premier apport.

Un raisonnement spécifique aux prairies

Depuis vingt ans, les pratiques de fertilisation azotée sur céréales à paille ont beaucoup évolué : les apports initialement concentrés début montaison se sont progressivement étalés jusqu’à mi-montaison, voire fin montaison. Cette pratique se justifie par la recherche du meilleur compromis rendement en grains/teneur en protéines, qui n’est pas proportionnel à la biomasse produite en début de cycle. Sur prairies, le raisonnement est très différent : l’objectif de la fertilisation azotée est ici de maximiser la production de biomasse. La satisfaction précoce des besoins azotés permet ainsi la croissance maximale de chacune des talles émises. Mais que ce soit pour les céréales ou les prairies, un apport juste avant une période pluvieuse et en conditions favorables à la croissance permet d’en maximiser l’efficacité.

Attention aux conditions de portance

Avant tout apport, il convient bien évidemment de vérifier la réglementation locale en vigueur (Directive nitrate), en particulier dans les zones précoces. Il importe également d’être vigilant quant à la portance des sols. Avant tout apport, et notamment de produits organiques résiduaires à l’aide d’équipements lourds, il convient d’observer une période de ressuyage suffisante. En conditions ennoyées, l’azote n’étant pas le facteur limitant de la croissance des plantes, la priorité sera donnée au ressuyage.

Enfin, les prévisions météorologiques peuvent constituer une aide au positionnement des apports. En cas de fort gel annoncé, l’apport peut être décalé afin de coïncider davantage avec le redémarrage de la végétation. L’effet d’un décalage de l’apport à 300°C sur le rendement et la qualité reste globalement faible. Un apport au-delà entraîne en revanche des pertes de rendement et ce, d’autant plus que l’exploitation sera précoce (pâturage, récolte avant épiaison).

L’outil Date N’Prairie

Pour calculer une somme de températures base 0, il faut enregistrer chaque jour les températures minimales et maximales sous abri afin de calculer la moyenne journalière, puis additionner les moyennes journalières supérieures à 0°C. En valorisant des données météos actualisées tous les jours, Date N’Prairie est un outil qui utilise la règle des 200°C pour apprécier la précocité ou la tardiveté de l’année dans sa région. Il s’agit d’un site web accessible gratuitement depuis un smartphone, un ordinateur ou une tablette. Il suffit à l’utilisateur de renseigner son code postal pour obtenir sa date d’apport. Les calculs sont réalisés à partir des données de la station météo la plus proche fournies par Météo France.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde