Aller au contenu principal

Apporter le soufre dès le début de la montaison du colza

 Même si cet hiver les facteurs à risque d’une carence en soufre sont plutôt faibles (conditions climatiques défavorables à la lixiviation et favorables à la minéralisation) l’apport de soufre ne doit pas être négligé sur la culture du colza. 

Plante normale à gauche et plante carencée en soufre à droite.
Plante normale à gauche et plante carencée en soufre à droite.
© Laurent Jung

Le soufre participe au bon fonctionnement de la plante en permettant une meilleure valorisation de l’azote, une teneur en huile plus importante, une bonne synthèse des protéines et une amélioration de l’efficacité de la photosynthèse. Il joue également un rôle déterminant dans la synthèse des glucosinolates. Les besoins en soufre de la culture du colza sont plus élevés qu’en céréales ou en cultures industrielles. Ils sont de l’ordre de 200 kg/ha (5,5 kg de SO3 absorbé par quintal de graines produites). De plus, ces besoins sont très précoces au printemps, à une période où la minéralisation est trop lente pour satisfaire les besoins de la culture.

 

La bonne dose au bon moment 

Compte tenu de la forte perte de rendement pouvant atteindre 10 à 20 q/ha en cas de carence avérée, une dose de 75 kg de SO3/ha est préconisée. Cette dose permet de couvrir 40 % des besoins de la culture, et 100 % de ses exportations. En cas d’apport de PRO (produits résiduels organiques) régulier, l’apport peut être réduit de l’ordre de 20 à 30 kg de SO3/ha. 

Le type d’engrais soufré est important. L’absorption de la plante se faisant sous la forme de sulfates «SO42-», il convient de favoriser cette dernière ; l’efficacité de la forme minérale «S» étant souvent irrégulière. 

Enfin, les besoins de la plante étant très précoces, il est conseillé d’apporter le soufre dès le début de la montaison (stade C2-D1) avec le 1er ou le 2e apport d’azote. Dans les situations où l’apport réalisé avec de l’azote soufré est faible pour respecter sa préconisation d'azote, il est recommandé de compléter cette dose pour atteindre les 75u de soufre.

À noter qu’il est possible de rattraper des carences jusqu’au début de la floraison (observation de fleurs blanches ou de décoloration internervaires des limbes) en pulvérisant 100 kg/ha de sulfate d’ammoniaque dilué dans 500 l d’eau pour éviter les brûlures des plantes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde