Aller au contenu principal

Appro local : coup de pouce pour les producteurs

L’édition 2019 des rencontres Somme produits locaux se tenait à la Ferme des trois châtaigniers, à Villers-Tournelle, ce 21 mai. Les éleveurs porcins, qui vendent tout en direct, sont les plus gros vendeurs de la plateforme (chiffre 2018).

Emmanuel Frémaux faisait visiter l’élevage porcin et l’atelier de transformation aux clients de la plateforme Appro local, ce 21 mai.
Emmanuel Frémaux faisait visiter l’élevage porcin et l’atelier de transformation aux clients de la plateforme Appro local, ce 21 mai.
© A. P.



Des porcs élevés sur paille, sans antibiotiques, nourris avec les céréales de la ferme et de la graine de lin. A la Ferme des trois châtaigniers, à Villers-Tournelle, tout est conçu autour du bien-être animal… Et de celui des associés,  Emmanuel Frémaux, Jean-Michel et Jean-Marie Pope.
«Quand nous nous sommes associés, en 1999, nous vendions tout aux industriels. Nous avons ensuite vendu une partie de la production en circuit court et, depuis un an, 100 % de notre production est vendue comme cela. On est bien mieux aujourd’hui, car nous maîtrisons nos coûts de production, nos prix de vente, et nous avons un contact privilégié avec nos clients», témoigne Emmanuel, qui s’occupe de l’élevage et de la transformation.
Pour parvenir à tout vendre en direct, un investissement de 1,2 million d’euros a été nécessaire en 2017 pour la création de l’atelier de transformation. Un projet réalisable en partie grâce à la plateforme Somme produits locaux, désormais étendue au niveau régional et nommée Appro local. «Nous connaissions la tendance du marché, puisque nous vendions déjà une partie en direct. Mais Appro local nous a permis de développer ce marché beaucoup plus vite», assure Emmanuel.
Aujourd’hui, la ferme fait abattre, découpe, transforme et vend quarante porcs par semaine, dont environ la moitié via Appro local, à une quarantaine de collèges et une dizaine de lycées. Le reste est vendu sur place, dans le magasin à la ferme, et une partie transformée en conserves est à destination de la GMS.
Ce qui séduit les chefs cuisiniers des établissements scolaires : le goût. «Je travaille au collège de Roye depuis octobre 2017 et, dès mon arrivée, j’ai commandé sur Appro local, explique Olivier Teste. Les trois quarts du porc que je cuisine viennent de la Ferme des trois châtaigniers : rôti, saucisses, saucisson à l’ail, lardons…» Pour les trois cent cinquante couverts qu’il sert chaque midi, le professionnel est tenu de calculer la quantité des aliments, leur poids, et de respecter un budget strict. Mais il s’y retrouve : «Le rendement fait la différence. Il s’agit de cuire à basse température, et la viande est tellement de qualité qu’il n’y a quasiment pas de perte après la cuisson. La tendreté et la richesse en Oméga 3 et 6 sont aussi préservées.»

Seul hic : les vacances scolaires
Ce retour des cuisiniers, Emmanuel l’apprécie particulièrement. «Ils sont souvent très compréhensifs, quand nous ne pouvons pas fournir une pièce en quantité suffisante, par exemple. Nous trouvons toujours un arrangement.» Seul hic : pallier le manque de commandes lors des vacances scolaires. «Nous voulons développer la vente des conserves pour compenser.» Une question d’organisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde