Aller au contenu principal

Faits divers
Après la condamnation publique de la dégradation de retenues d’eau en Vendée, une enquête ouverte

Les actes de vandalisme ont été revendiquées par des personnes membres de collectifs d'activistes écologistes.

bassines
© Capture d'écran - Twitter

Le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau et le ministre de la Transition Écologique Christophe Béchu « condamnent avec fermeté » la dégradation de deux réserves d’eau situées en Vendée, annoncent-ils dans un communiqué commun le 10 août. Les ministres disent avoir pris connaissance des « faits de vandalisme » sur les réserves des communes de Pouillé et de Nalliers le mardi 9 août, en fin de journée.

Interrogée, la préfecture de Vendée a indiqué que les bâches des réserves de substitution (dites aussi "bassines") ont été « lacérées ». « Une enquête de la gendarmerie est en cours, suivie par le procureur de la République », a précisé la préfecture. En outre, le préfet a renforcé « dès mardi soir » la surveillance « sur l’ensemble des réserves d’eau de substitution du département » par une présence accrue de la gendarmerie.

Dans leur communiqué, MM. Fesneau et Béchu estiment que les dégradations constatées sont d’autant plus « inacceptables » que la France traverse une période de sécheresse historique.

Revendication et enquête ouverte

Le Parquet de la Roche-sur-Yon a confirmé le 11 août qu’une enquête était en cours pour identifier les personnes qui ont déchiré les bâches de deux retenues d’eau de Nalliers et Pouillé.

Ces dégradations, dont le montant serait estimé à plusieurs centaines de milliers d’euros, ont été revendiquées par un groupe d’activistes baptisé "Rivières en colère", dans un texte relayé par les écologistes de "Les soulèvements de la terre". La surveillance a depuis été renforcée autour des autres réserves du secteur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

dégâts sanglier approche affût 1er avril
Le tir du sanglier ré-autorisé à partir du 1er avril

La préfecture de la Somme a décidé de prolonger la période de chasse du sanglier dans la Somme sous conditions en modifiant l’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde