Aller au contenu principal

Après la vague de froid, le régime de calamité agricole va être activé

Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a annoncé hier soir, jeudi 8 avril, que le régime de calamité agricole allait être mis en place pour répondre à l'épisode de gel qui frappé de nombreuses régions et causé des dégâts importants aux cultures ces derniers jours.

Julien Denormandie
Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, en déplacement ce vendredi après-midi dans des vignobles en Indre-et-Loire pour constater les dégâts de la vague de froid des derniers jours. (Ministère de l’Agriculture).
© Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation / Twitter

Alors que certains agriculteurs ont beaucoup, voire tout perdu, de leurs futures récoltes, et que la FNSEA demandait le jeudi 8 avril « une réponse rapide des pouvoirs publics », le ministre de l'agriculture a répondu favorablement hier soir en annonçant sur France Info que le régime de calamité agricole allait pouvoir être engagé.

« On est aujourd'hui face à une situation tout à fait exceptionnelle, particulièrement difficile, qui touche un grand nombre de cultures. La viticulture bien sûr, l'arboriculture, mais aussi les grandes cultures comme celle de la betterave, du colza », a d’abord constaté Julien Denormandie, avant de détailler les mesures qu’il envisageait.

Face à une situation « particulièrement difficile », il s’est engagé à « lancer la mise en œuvre de ce qu'on appelle le régime de calamité agricole », ainsi qu’à « étudier également les dispositifs fiscaux habituels que nous pouvons mettre à disposition des agriculteurs qui sont face à ces difficultés ».

L’État ne devrait cependant pas être le seul à répondre à cette situation exceptionnelle, puisque le ministre de l’Agriculture a demandé dans le même temps « la mobilisation (…) des assureurs, évidemment (…), des banquiers, qui sont évidemment là aussi des acteurs clés ».

Le montant de l’indemnisation à consacrer à l’indemnisation des pertes liées à l’épisode de gel de ce milieu de semaine n’est quant à lui pas encore arrêté : « L'estimation précise, elle, n'est pas encore faite », a expliqué Julien Denormandie à France Info. « Il est trop tôt. D'abord parce que les épisodes de gel viennent de se passer et que donc il faut voir les conséquences concrètes sur la nature et sur nos cultures. Mais aussi parce que malheureusement, il est à craindre de nouveaux épisodes de gel dans les prochains jours que nous suivons avec énormément d'attention et qui pourraient venir alourdir, si je puis dire, la situation déjà très difficile à laquelle nous sommes confrontés », a-t-il conclu.

Ce vendredi 9 avril, en début de matinée, Julien Denormandie a échangé en visioconférence avec les organisations professionnelles agricoles pour faire le point sur les dégâts. Il s'est ensuite rendu en Indre-et-Loire, aux côtés de viticulteurs et agriculteurs afin de constater sur place l'étendue des dégâts. Il sera demain, samedi, auprès des arboriculteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde