Aller au contenu principal

Patrimoine
Après les incendies de forêts, la Fondation Fransylva collecte des dons

Une collecte de fonds est mise en place la fondation Fransylva pour participer à la sauvegarde du patrimoine forestier français gravement touché par les incendies depuis le début de l'année 2022.

feux de forêts
© Pixabay

Depuis le début de l'année, les feux ont détruit plus de 62 000 hectares de forêts et de végétation partout en France, et un tiers des espèces d'arbres seraient menacées. Ces chiffres alarmants, ce sont ceux de la Fondation Fransylva qui a lancé il y a quelques jours une collecte en ligne pour « participer à la sauvegarde des forêts françaises et répondre à la demande des citoyens qui veulent agir concrètement pour ce patrimoine naturel essentiel à la santé des écosystèmes et la lutte contre le réchauffement climatique », peut-on lire sur la plateforme de la Fondation du patrimoine. Qualifiée « d'exceptionnelle », la collecte a pour but de « prévenir les incendies de forêt, protéger la biodiversité et reconstituer la forêt endommagée par les incendies en 2022. »

Les fonds recueillis serviront à financer trois types de projets : le développement de moyens de défense des forêts contre l’incendie (DFCI) comme la réfection ou l’amélioration de pistes ou d’aires de retournements pour faciliter l’accès des secours, l’ouverture de coupe-feux et la réalisation de réserves d’eau et points de pompage ; l’aménagement de bordures de cours d’eau, de mares, étangs et zones humides en forêt afin de préserver les réserves d’eau et la biodiversité forestière ; la réhabilitation de zones forestières brûlées, non valorisées ou non exploitées économiquement, pour favoriser la restauration de la biodiversité et la protection des sols.

Pour la Fondation Fransylva, « ces initiatives sont relativement aisées à mettre en place et très efficaces : la création d’une mare forestière coûte environ 15 000 €, la plantation sur un kilomètre en bordure de ruisseau représente un investissement d’environ 10 000 € ». Un premier palier fixé à 100 000 euros « permettra de financer plusieurs de ces projets de sauvegarde avant la fin de l'année », écrit encore la fondation. Début de semaine, 65% de la somme attendue étaient déjà récoltés, grâce à la générosité d'un peu plus de 500 donateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde