Aller au contenu principal

Céréales
Après les inondations, raisonner le retournement de céréales et leur remplacement

La campagne 2023-2024 est marquée par des cumuls de pluies extrêmes depuis la mi-octobre : on est largement au-dessus de la médiane pluriannuelle sur une grande majorité des Hauts-de-France et on a dépassé les records dans certains secteurs (jusqu’à près de 900 mm sur certaines zones du Pas-de-Calais).

Lorsque l’eau a stagné plusieurs jours, toutes les plantes ont parfois disparu.
Lorsque l’eau a stagné plusieurs jours, toutes les plantes ont parfois disparu.
© D. R.

Ces excès d’eau ont fortement affecté les levées et les implantations des blés, surtout pour les semis de novembre : on a pu constater des pourrissements de germes, des manques de plantes… En parallèle, les cumuls de températures sont élevés : à l’exception de la semaine de gel de janvier, les températures automnales et hivernales ont été douces permettant aux plantes de lever et de taller rapidement si l’excès d’eau n’est pas trop pénalisant. Ainsi, on va observer de grandes hétérogénéités entre parcelles, voire à l’intérieur des parcelles.

 

Arbitrer le seuil de retournement

Dans les zones où l’excès d’eau s’est maintenu plusieurs jours ou semaines (mouillères, bords de parcelles), il est probable que l’ensemble des plantes ait disparu. Dans ce cas, la zone sera à ressemer soit avec une variété respectant le seuil d’alternativité soit avec une culture adaptée.

Dans les parcelles affectées par un engorgement en eau durable et/ou l’apparition d’une croûte de battance, le taux de levées peut être fortement abaissé. Dans ce cas, un comptage est nécessaire.

On considère que, en sols profonds, 80 à 100 plantes/m2 bien réparties sont nécessaires pour garder la culture en place. Ce seuil de maintien tient compte des capacités de rattrapage des plantes (reprise du tallage, système racinaire en place et fonctionnel), mais aussi du surcoût engendré par le remplacement de la culture, ça n’assure évidemment pas l’atteinte d’un rendement maximum. Ce seuil est cependant à moduler en fonction du contexte de chaque parcelle :

Si la structure du sol a été dégradée lors de l’implantation, les capacités de rattrapage seront limitées.

Si la parcelle est très enherbée et non désherbée, la nuisibilité directe et indirecte sera telle que le remplacement de la culture est à envisager (ou sa valorisation en fourrage ou méthanisation avant épiaison des ray-grass).

Si la culture est conservée, le désherbage doit être réfléchi : une parcelle clairsemée risque de se salir rapidement, mais appliquer un herbicide sur des plantes fragiles et dans des conditions encore froides peut accentuer les dégâts. Le choix du produit et des conditions d’application sont donc primordiaux. Il est important de ne pas stresser davantage les plantes en appliquant une spécialité provoquant une phytotoxicité.

 

Quelle culture de remplacement choisir ?

Si après dénombrement et analyse de la situation, il nécessaire de retourner la culture de céréale en place, tous les choix ne sont malheureusement pas à votre portée pour la culture de remplacement. En effet, pour réimplanter une culture de printemps, la persistance des herbicides utilisées à l’automne est à considérer afin d’éviter tout effet de phytotoxicité résiduel. En cas de mélange, le produit le plus restrictif déterminera le niveau de risque global du mélange (ou du programme), même si des nuances existent. Dans certains cas, un travail du sol spécifique peut apporter de la souplesse dans le choix.

Liste des cultures de remplacement possibles après une céréale d’hiver désherbée à l’automne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde