Aller au contenu principal

Aléas climatiques
Après Eunice et Franklin, on recense les dégâts

À 48h d’intervalle, entre le 18 et le 21 février, les tempêtes Eunice et Franklin se sont déchaînées en région. Dans le domaine agricole, des dégâts sont constatés, même si moins importants que chez les voisins nordistes. 

Deux bâches des serres de la cueillette de Saint-Gratien se sont arrachées. 
Deux bâches des serres de la cueillette de Saint-Gratien se sont arrachées. 
© cueillette de Saint-Gratien

De l’argent, et surtout du temps à passer pour remplacer. Même si les tempêtes Eunice et Franklin ont été moins violentes dans la Somme que dans le Nord-Pas-de-Calais, elles ont arraché plusieurs serres maraîchères.

Dans ses cueillettes de Saint-Gratien et d’Amiens, l’heure est aux commandes de nouvelles bâches pour Vincent Lienart. «À Saint-Gratien, deux bâches qui couvraient des tunnels de 500 m2 chacun se sont détachées. Elles sont déchirées et ne peuvent plus être remises.» À 1 000 € la bâche environ, il s’agit de dépenses imprévues, mais qui auraient pu être pires. «Plusieurs de nos collègues nordistes ont vu les structures métalliques des serres pliées. Là, c’est une autre histoire», relativise l’agriculteur. Parmi les pertes, il faudra cependant compter un retard de production. Les serres concernées à Saint-Gratien abritent des fraisiers. «Il n’y a pas de gros risque de gel parce qu’ils ne sont pas encore en boutons. Mais la précocité sera moindre.» La cueillette d’Amiens compte aussi ses dégâts. 1 300 mde bâches sont à remplacer, ainsi qu’un pignon, le tout pour un montant de 8 000 €. «Comme il s’agit d’équipement neuf, nous allons pouvoir compter sur l’assurance, avec une décote de 10 % du prix d’achat.» Rien n’était encore implanté sous ces serres heureusement.

Plus à l’ouest du département, à la ferme de Bihen, à Quend, Gaëtan Deramecourt s’active aussi pour réparer au plus vite. «Les roulements d’une porte de hangar ont explosé et une bâche d’un tunnel de 10 x 30 m s’est arrachée. Nous avons aussi quelques trous dans une toiture», liste-t-il. Les pommes de terre qu’abritait cette serre sont désormais à l’air libre. L’agriculteur craint le gel, et risque surtout de devoir traiter, alors qu’il conduisait cette culture en zéro phyto. Désormais, les maraîchers espèrent une journée sans vent et sans pluie pour pouvoir réparer. «Il est impossible d’installer des bâches un jour de vent !»

 

Les écuries de Gapenne dévastées

Les écuries de Gapenne, «la Somme de nos pas», ont été beaucoup plus lourdement impactées. «La bâche du manège de 40x20 m s’est déchirée puis complètement détachée. Le bardage en bois du pignon a explosé. Une partie de la toiture d’une écurie s’est aussi envolée, et les clôtures des prairies sont à terre», constate amèrement Claire Tillier, co-gérante. Elle pense que ces dégâts matériels s’élèvent entre 30 et 40 000 €. En plus de cela, l’activité est fortement ralentie. «Nous avons une carrière que nous pouvons utiliser par beau temps. Mais le manège est notre outil de travail principal. J’anime notamment des ateliers de médiation équine avec un public en situation de handicap. J’ai absolument besoin d’un espace sécurisé pour cela.» 

La gestion des trente-cinq équidés est aussi délicate. «Nous avons dû réinvestir une ancienne écurie que nous n’utilisions plus car les chevaux étaient effrayés par les restes de bâche qui claquent.» Après déclaration du sinistre auprès de leur assurance, les gérants sont dans l’attente du passage de l’expert. «En attendant, nous ne pouvons engager aucune réparation. Nous sommes très inquiets quant à notre capacité de reconstruire notre manège.»

 

Le «fonds de secours d’extrême urgence» mobilisé

Suite aux tempêtes Eunice et Franklin, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé mardi soir que le «fonds de secours d’extrême urgence est mobilisé à titre exceptionnel». Ce dispositif «d’aide direct» est «destiné aux particuliers et aux familles placées en situation de grande difficulté après une catastrophe». Les aides «permettront aux personnes démunies suite au passage des tempêtes de se procurer des biens de première nécessité, en complément de l’assistance fournie par les collectivités locales», détaille le ministre.
Gérald Darmanin a déjà annoncé le 18 février que «l’État décrétera dans les meilleurs délais l’état de catastrophe naturelle partout où cela s’avérera nécessaire.» D’autres dispositifs seront mobilisés «en fonction de la nature des dommages constatés et des phénomènes naturels qui les ont causés», ajoute le ministre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde