Aller au contenu principal

Artère des Hauts de France II : premier bilan du chantier

Le chantier de pose du gazoduc à travers la Somme est presque achevé.

Un retour d'expérience instructif pour un chantier qui a mobilisé des centaines de personnes.
Un retour d'expérience instructif pour un chantier qui a mobilisé des centaines de personnes.
© AAP


Le chantier de pose du gazoduc Artère des Hauts de France 2 arrive bientôt à son terme. Il ne reste que 13 km au sud d’Arvillers. La remise en état de ce tronçon a été arrêtée fin octobre et doit redémarrer au printemps prochain en fonction des conditions climatiques. Daniel Roguet, président de la chambre d'agriculture, a souhaité établir un retour d’expérience sur ce chantier. Il a réuni à cet effet les référents agricoles (un par commune) qui avaient été nommés pour en suivre le déroulement. Connaissant bien le terrain, ils avaient été questionnés pour définir les modes opératoires avant le démarrage des travaux. «La partie technique définie dans la convention locale est novatrice par rapport à l’Artère de France 1», a souligné Daniel Roguet.
Pour suivre ce chantier, la chambre d'agriculture avait nommé un pédologue référent appuyé par deux conseillers et un juriste. Pendant toute la durée des travaux un conseiller était présent afin de pouvoir réagir dès qu'un problème survenait. «Comme prévu dans la convention locale d’application, un suivi hebdomadaire était effectué avec les représentants de GRT gaz. Lors de ces réunions, les conseillers de la chambre d’agriculture faisaient état des données de météo France et il était alors décidé si le chantier pouvait se poursuivre ou non», a expliqué Olivier Ancelin, ingénieur à la chambre d'agriculture ; insistant sur l'importance de ces données météo, car «pour obtenir un arrêt de chantier quand cela s'est imposé, il a fallu bien argumenter». Il convient de préciser que les arrêts de chantier ont représenté environ 22 jours ouvrés et occasionné un coût de 2 millions d’euros.
Lors de cette réunion les points positifs et négatifs du chantier ont été exposés par les conseillers de la chambre d’agriculture. Les référents ont apportés leur connaissance du terrain (voir encadré). Tous ont relevé un point négatif : la gestion de l’entretien des cordons de terre végétale. Une difficulté qui a été en partie provoquée par la durée de la remise en état : six mois au lieu des trois mois prévus. Les référents agricoles ont insisté pour que ce point soit amélioré car les adventices comme les chardons, daturas et autres mauvaises herbes ont été très envahissants et pénalisantes.
«Ce retour d’expérience est très intéressant pour ce chantier qui a mobilisé plusieurs entreprises et des centaines de salariés, a conclu Daniel Roguet. Et il sera bien utile pour présenter une synthèse au maître d’ouvrage, GRT gaz et au comité de pilotage élargi».

Les points positifs
- Le retour d’expérience sur le chantier Haut de France 1 qui a permis au comité de pilotage de mieux définir les travaux opératoires.
- La définition d’un interlocuteur unique chez GRT : un correspondant chambre d’agriculture et un référent agricole.
- La sensibilisation des agents de chantiers qui ont pris conscience de l’impact des travaux sur les terres agricoles.
- Les visites de terrain avec mesures, le suivi pluviométrique, la réunion hebdomadaire de chantier.
- La prise en compte des conditions météo dans l’organisation du chantier.
- Les essais au champ dans différents types de sol ayant permis d’éviter les problèmes agronomiques.
- Le décapage : analyse des méthodes en retenant les plus intéressantes selon les secteurs traversées.

Les points négatifs
- Un recadrage nécessaire, la chambre d’agriculture n’étant pas associée à la reprise du chantier.
- Le décapage a entraîné une longueur dans l’avancée du chantier.
- L'inertie parfois entre la décision et l’application sur le terrain.
- Le traitement des points spéciaux à améliorer (peut être une protection par un plat- bords).
- La circulation de l’eau pour éviter les mares, la boue.
- Les locatiers ne sont pas formés et ne suivent pas la convention locale.- L’entretien des cordons de terre végétale 


Repères
• Démarrage du chantier le 25 mars 2013
• Deux lots distincts : Nord –Corbie vers Nédon (25 km dans la Somme sur 70) - Sud-Corbie vers Cuvilly (40 km dans la Somme sur 50)
• Deux entreprises : Nord : Gpt franco-belge (SPAC Denys) - Sud : Groupe Alllemand (Streicher)
• Environ 300 à 400 personnes sur le chantier

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde