Aller au contenu principal

Associer des cultures au colza : une technique prometteuse

La plate-forme régionale de Catenoy (60) teste de multiples associations portant sur la fertilisation azotée du colza et le désherbage.

Association colza-lentilles sur la plate-forme de Catenoy.
Association colza-lentilles sur la plate-forme de Catenoy.
© AAP

Cultiver le colza en lui associant une autre espèce relève d’une volonté de sécurisation des rendements et d’augmentation du potentiel en situation limitante. Les gains attendus sont multiples et contribuent tous à une diminution de la consommation d’intrants à l’hectare notamment en herbicides. Les principaux secteurs de performances des associations avec le colza concernent aussi bien le cycle de l’azote au sein de la parcelle, la couverture du sol ou la dynamique des populations de ravageurs :
Les gains attendus sur l’azote sont multiples : piégeage de nitrates et fixation d’azote atmosphérique à l’automne, limitation des risques de lessivage en hiver et restitution lors de minéralisation printanière. Il convient également de rajouter l’aspect implantation notamment en terres légères. Le choix d’une espèce avec un système racinaire complémentaire du colza permet une meilleure exploration du sol. De même pour la couverture de sol, le choix d’une espèce adéquate permettre d ‘envisager un allègement des programmes de désherbage. Plus délicat à mettre en évidence, la perturbation du cycle des ravageurs par ces couverts mixtes est une hypothèse souvent avancée.

Bien choisir l’espèce associée
En plus de répondre aux attentes ci-dessus, l’espèce choisie doit respecter d’autres contraintes pour être satisfaisante dans son rôle de culture associée. Par exemple, le développement vigoureux à l’implantation pour respecter les objectifs de couverture de sol ne doit pas introduire de concurrence avec le colza. De même, l’espèce associée doit être parfaitement gélive pour éviter une nouvelle concurrence au printemps. Enfin, le choix de l’espèce associée doit tenir compte d’un possible partage du parasitisme défavorable à la culture du colza.
Parmi les espèces les plus prometteuses, peu concentrent toutes les qualités pour les multiples objectifs assignés à la culture associée: il y est plus simple de centrer le choix d’une espèce suivant la problématique de la parcelle ou d’utiliser des mélanges d’espèces. Au vu des exigences sur la fertilisation, l’emploi de légumineuses est quasiment impératif. Les espèces testées avec le plus de succès sont la féverole (fourniture d’azote et implantation), les lentilles (fourniture d’azote et couverture de sol) ou bien encore les vesces.

Implantation et conduite de la culture
Deux méthodes principales existent pour implanter ces cultures : soit l’on dispose d’un matériel de semis adéquat (semoir à double trémie) soit l’on procède à un semis en deux fois, avec une implantation simplifiée ou au semoir à céréales pour la culture associée (passage précédent le semis du colza). La plus grande difficulté est d’anticiper une date de semis favorable pour les deux cultures.
Même si un des objectifs majeurs est une économie d’herbicides, des conditions de levées difficiles peuvent entraîner une couverture de sol insuffisante. Les possibilités de rattrapage sont alors existantes, même si certaines matières actives utilisées (napropamide, clomazone ou dimétachlore) dans le désherbage du colza sont à limiter de part leur sélectivité insuffisante sur légumineuses.

Les colzas associés sur
la plate-forme régionale
d’expérimentation


Visite des résultats avant récolte le mardi 18 juin

Depuis trois ans de multiples associations sont expérimentées sur la plate-forme régionale de Catenoy (60). Ces expérimentations portent principalement sur l’aspect fertilisation azotée du colza associé et le désherbage. Lors des précédentes campagnes, la modalité la plus performante a été l’association avec la féverole (ajout de 22 grains m²) pour un gain en rendement moyen de 2% sur ces trois dernières années. Cette expérimentation est renouvelée pour la campagne 2012-2013.
Cette année est marquée par une levée plus délicate que lors des campagnes précédentes. Les conditions défavorables pour le colza l’ont évidemment été pour les espèces associées. Les biomasses produites à l’hiver sont restées faibles. Les résultats avant récoltes seront visibles lors de la visite de la plate-forme régionale d’expérimentation. Elle se déroulera le 18 juin 2013 de 9h30 à 17h30 sur le site de Catenoy. Au vu des enjeux forts liés à la mise en place de la prochaine Directive Nitrates, cette visite sera axée sur la thématique azote : fractionnement des apports, fertilisation localisée, colzas associés et intérêt des intercultures.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde