Aller au contenu principal

Associés non exploitants et imposition des parts sociales

Lors d’une cession de parts en Scea et Earl, les associés non exploitants sont soumis à un régime de plus value privée.

Les associés non exploitants n’exercent aucune activité agricole, ils sont simplement apporteurs de capitaux. Les Gaec ne peuvent entrer dans ce cadre, car les associés sont tenus de participer aux travaux de manière effective et permanente. Les ventes de parts sociales représentatives de biens meubles (matériel, cheptel, améliorations du fonds, …) ou de biens immeubles (constructions, …) réalisées par les associés non exploitants sont soumises au régime des plus values privées et non pas au régime des plus values professionnelles comme les associés exploitants.

Taxation des plus values
Depuis le 1er janvier 2011, ces plus values étaient taxées au taux forfaitaire de 19 % dès le premier euro, auquel s’ajoutaient les prélèvements sociaux au taux de 15,50 %, soit un total de 34,50 %. Mais la loi de finances pour 2013 est venu modifier l’imposition de ces plus values de droits sociaux.
- Pour les ventes réalisées en 2012, déclaration à faire pour le 31 mai 2013 : les plus values sont taxables au taux forfaitaire de 24 % (au lieu de 19 %) auquel s’ajoute 15,50 % de contributions sociales, soit 39,50 % au total.
- Pour les ventes réalisées à partir du 1er janvier 2013 : les plus values sont taxables au barème progressif de l’impôt sur le revenu (tranches d’imposition allant de 5,50 % à 45 % en fonction du revenu du contribuable). Le taux forfaitaire a été supprimé.
En même temps, il a été mis en place un abattement pour durée de détention. Cet abattement s’applique de la manière suivante :
- 20 % de la plus value nette pour une détention comprise entre 2 et 4 ans
- 30 % de la plus value nette pour une détention comprise entre 4 et 6 ans
- 40 % de la plus value nette pour une détention supérieure à 6 ans
Cet abattement ne s’applique pas sur l’assiette servant de calcul aux prélèvements sociaux de 15,50 %.

Exemple

Un associé non exploitant dans une Scea détient 500 parts sociales acquises initialement en 2001 au prix de 100 € la part. Il réalise une vente de 300 parts au prix de 200 € la part, soit 60 000 €.

- si cette vente avait été réalisée en 2012, la plus value serait égale à 200 – 100 = 100 € de plus value sur part, soit pour 300 parts cédées, la somme de 30 000 €. La plus value est de : 30 000 x 24 % d’impôt (7 200 €) et 15,50 % (4 650 €) de prélèvements sociaux, soit 11 850 €
- si cette vente est réalisée en 2013, la plus value sera égale à 200 – 100 = 100 € de plus value sur part, soit pour 300 parts cédées, la somme de 30 000 €. D’abord, abattement de 40 % (durée de détention supérieure à 6 ans) sur la plus value, soit 30 000 € - (40 % de 30 000 €) = 18 000 €.

Dans l’hypothèse d’une tranche de 30 %, l’impôt est de 18 000 x 30 % d’impôt (5 400 €) et 15,50 % de 30 000 (4 650 €) de prélèvements sociaux, soit 10 050 €.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde