Aller au contenu principal

Au Brésil, les déboires du soja non OGM

Malgré la demande des éleveurs européens, la production de soja non OGM connaît un frein au Mato Grosso et au Goias. Le bonus versé aux agriculteurs brésiliens par les exportateurs perd de son intérêt avec des semences jugées moins performantes et des cours du protéagineux élevés. 

Aux yeux des Brésiliens, l’intérêt de la prime versée pour du soja non OGM est moindre, puisque cette dernière  se retrouve diluée dans la hausse du cours du protéagineux. 
Aux yeux des Brésiliens, l’intérêt de la prime versée pour du soja non OGM est moindre, puisque cette dernière se retrouve diluée dans la hausse du cours du protéagineux. 
© Pixabay

Au Brésil, premier exportateur mondial de soja, environ 4 % des surfaces cultivées le sont avec des semences dites conventionnelles, c’est-à-dire non transgéniques. Cela représente une sole de soja non OGM de presque 2 millions d’hectares (Mha) et une récolte proche de 6 millions de tonnes (Mt). Les stockeurs-triturateurs Amaggi, Caramuru et Imcopa, qui exportent la majeure partie de leurs farines certifiées non OGM vers l’Europe du Nord, dominent la filière au Brésil. Ils fournissent les élevages de saumons de Norvège, ainsi que des élevages de poulets de France, de Suisse et d’Allemagne. 

Leur demande est soutenue, selon le directeur de Caramuru, Davi Eduardo Depiné. Mais paradoxalement, la production brésilienne de soja non OGM est en net recul. Une tendance qui pourrait d’ailleurs s’accentuer au cours de la campagne 2021-2022. «Au Mato Grosso, les surfaces semées avec des variétés de soja conventionnelles sont passées de 540 000 hectares (ha) en 2019 à 483 000 ha en 2020. Même constat dans l’État du Goias, dont la sole de soja non OGM s’est rétractée de 62 000 à 54 000 ha», informe Davi E. Depiné. 

 

Manque de semences de qualité 

Un frein à sa culture, au Brésil, serait le manque de semences conventionnelles de qualité, pouvant offrir des rendements similaires à ceux obtenus avec des variétés de soja Roundup Ready, c’est-à-dire supérieurs à 40 q/ha. Un autre facteur décisif, dans la décision de produire, ou pas, du soja non transgénique, est le niveau de la prime versée par l’organisme stockeur. «Chez Caramuru, nous payons un bonus pour le soja non OGM de 50 à 66 dollars par tonne ($/t). Mais avec la forte hausse du cours du soja, la valeur de la prime a perdu de son intérêt», renseigne Davi E. Depiné. 

La culture de soja non OGM présente un coût de production similaire à celui du soja OGM. Mais les exigences de la traçabilité, qui s’ajoutent au mode de production en système contrôlé, font que la culture des variétés non transgéniques s’avère bien plus contraignante. Or, ces contraintes se justifient de moins en moins, aux yeux des Brésiliens, lorsque l’intérêt de la prime versée pour du soja non OGM se retrouve dilué dans la hausse du cours du protéagineux. 

 

Une prime au rabais en Argentine 

La filière argentine du soja non OGM passe pour une naine à côté de sa voisine brésilienne. Car elle a un gros désavantage par rapport à cette dernière : «Le soja du Brésil présente un taux de protéine généralement plus élevé que celui récolté en Argentine. Or, c’est un critère important lorsqu’il s’agit de vendre de petits lots recherchés pour leur richesse nutritionnelle», explique Rodolfo Rossi, ex-président de l’inter-filière argentine du soja (Acsoja). Si les agriculteurs argentins disent «soja Kumagro» quand ils parlent de soja non OGM, ce n’est pas anodin : la société Kumagro, à la fois semencier, stockeur, triturateur et exportateur de soja non OGM est presque la seule sur ce créneau en Argentine. Kumagro est une alliance créée en 2014 entre le semencier Don Mario et l’OS Grobocopatel Hermanos (Hnos), dont le PDG est Daniel Grobocopatel, un cousin du célèbre Gustavo Grobocopatel, alias le «roi du soja». 

 

À peine 1 % de la sole argentine 

Kumagro transformerait 300 000 t de soja non OGM par an, selon Rodolfo Rossi. Un volume qui représente des miettes au regard de la récolte argentine de soja de 50 Mt, du soja OGM dans plus de 99 % des cas. Le directeur de Kumagro, Obdulio San Martín, assure exporter du soja non OGM en France, via le port de Brest, et que leur principal client est un Russe avec qui ils ont signé un contrat d’approvisionnement à long terme. 

Le désintérêt des Argentins pour la culture du soja non OGM se comprend mieux à l’écoute du témoignage de Juan Carlos Ottaviani, un agriculteur du canton de Carlos Casares, qui en cultivait 90 hectares en 2016 avant de jeter l’éponge. «J’ai obtenu des rendements très corrects, de 45 q/ha, mais la prime de 10 $/t versée par Kumagro était pour moi insuffisante au vu des efforts et des risques liés à cette culture spécifique.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde