Aller au contenu principal

Au plus près d’une métha «pour de vrai»

L’opération «portes ouvertes» de l’unité de méthanisation de la SARL AEG Métha à Sailly-Flibeaucourt a été l’occasion pour les partenaires du projet de mettre 

en avant un projet vertueux, tant sur le plan économique qu’environnemental.

La dernière fois que le préfet de la Somme, Étienne Stoskopf, était venu sur l’exploitation des Des-saux, c’était en septembre 2022. Lui comme le couple d’exploitants s’en souviennent comme si c’était hier puisqu’à l’époque, l’élevage de volailles d’Antoine et Marie-Hélène Dessaux venait de subir une contamination par le virus de l’influenza aviaire, impliquant l’abattage de 28 000 volailles. Quelques mois plus tard, ils ont trouvé la force de «rebondir», selon les mots du représentant de l’État. L’unité de méthanisation qu’ils ont mis en service il y a un an a désormais trouvé son rythme de croisière, au point qu’ils en ont ouvert les portes le vendredi 28 avril dernier, en présence du préfet de la Somme, de la société Agrikomp, de représentants de la profession agricole, mais aussi de simples curieux. 

 

Exemplaire et vertueux

Comme bon nombre de visiteurs, lors de sa visite, Étienne Stoskopf s’est montré attentif au fonctionnement de l’unité de méthanisation, avant de confier son enthousiasme vis-à-vis de tels projets : «Ici, a-t-il dit, vous faites encore figure de pionniers puisque le biométhane injecté dans les réseaux de gaz naturel a permis de couvrir 1,6 % de la consommation totale de gaz naturel en France l’an dernier. Nous ne sommes pas en avance, au contraire, quand on voit ce qui se passe dans d’autres pays voisins, mais la démarche que vous avez engagée est exemplaire et vertueuse. Il faut l’expliquer et la mettre en valeur».

L’investissement d’un peu plus de 2 millions d’euros utilise les effluents d’élevage de l’exploitation de M. et Mme Dessaux – dont environ 50 % de fumier de bovins auquel on ajoute des pulpes de betteraves, des Cive, des issues de céréales et fientes de volailles –, sert à récupérer les eaux vertes de l’exploitation, et permet de produire de l’électricité et de la chaleur par un système de cogénération. D’une puissance de 250 kWel, l’unité de méthanisation de la famille Dessaux lui permet de réduire sa dépendance à l’achat de gaz, et de fournir de l’électricité pour un équivalent de 300 à 350 foyers. La chaleur produite permet aujourd’hui de couvrir environ 30 % des besoins des bâtiments d’élevage.

 

Valorisation du digestat

Le digestat, quant à lui, est valorisé localement comme matière fertilisante : «Cela s’épand assez bien», témoigne Antoine Dessaux. Et d’assurer que cette matière lui permet de réduire sa dépendance aux engrais chimiques. Pour Christophe Delommez (Agrikomp) qui a accompagné le couple Dessaux son projet, la boucle n’est pas loin d’être bouclée : «C’est une manière de rendre au sol ce qu’on lui a pris.» En matière de développement durable sur leur exploitation, Antoine et Marie-Hélène Dessaux ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin puisque des panneaux photovoltaïques pourraient venir équiper les toitures des bâtiments d’élevage de volailles. L’objectif ? «Être le plus indépendant possible», assure M. Dessaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde