Aller au contenu principal

Au Sénat, Laurent Somon défend l’installation via le bail rural

Sénateur de la Somme, Laurent Somon interpelle Julien Denormandie, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, au sujet du renouvellement des générations en agriculture. Et défend son attachement au bail rural pour faciliter l’accès au foncier.

Pour Laurent Somon, «de plus en plus de jeunes agriculteurs de la Somme rencontrent des difficultés à l'occasion de leur première installation», et il faut y remédier.
Pour Laurent Somon, «de plus en plus de jeunes agriculteurs de la Somme rencontrent des difficultés à l'occasion de leur première installation», et il faut y remédier.
© V. F.

Le 9 décembre, le sénateur de la Somme Laurent Somon a interpelle Julien Denormandie, ministre de l'agriculture et de l'alimentation, au sujet du renouvellement des générations en agriculture.

Pour l’ancien président du Conseil départemental qui a rejoint le Palais Bourbon depuis quelques semaines, le renouvellement des générations en agriculture est en effet « une priorité pour les territoires ruraux ». Or, constate-t-il, « de plus en plus de jeunes agriculteurs de la Somme rencontrent des difficultés à l'occasion de leur première installation ».

Ces difficultés, si elles sont diverses (revenu agricole, financement des installations), tiennent souvent à « l’accès au foncier, devenu prohibitif ». Pour le sénateur samarien, il est donc nécessaire de « repenser l'accompagnement à l‘installation des neo-agriculteurs, souvent non-issus du milieu agricole, parfois en reconversion professionnelle, et repenser le système de transmission des exploitations agricoles sont necessaires ».

Installation plutôt qu’agrandissement

L’outil pertinent pour parvenir à cette fin existe : le bail rural. Néanmoins pour Laurent Somon, « il est necessaire d'inciter les bailleurs à louer, grâce au bail rural, à des jeunes ayant suivi le dispositif a l'installation ». « L'efficacité de ce dispositif n'est plus à prouver et 99 % des porteurs de projets passes par ce dispositif sont toujours en activite cinq ans apres leur installation », ajoute-t-il.

Et ce dernier de demander au gouvernement de « bien vouloir précider les mesures qu’il (le gouvernement, ndlr) entend prendre » pour cela. Il estime dans le même temps utile « d’aider également les agriculteurs en âge de la retraite a avoir les capacites financieres a liberer le foncier avec des pensions valorisées pour ceux d’entre eux ayant une carrière complete ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde