Aller au contenu principal

Faits divers
Au SIA, le stand de la FNSEA saccagé

Le stand du syndicat majoritaire a été la cible d'une action violente ce dimanche 27 février d'activistes d'Extinction Rebellion.

Le saccage est la marque de fabrique de cette catégorie d'activistes qui n'acceptent pas que l'on puisse ne pas penser comme eux. Dimanche après-midi, le stand de la FNSEA a été pris pour cible par « une soixantaine » de membres du groupuscule Extinction Rebellion, selon le syndicat. 

En s’attaquant à la FNSEA, Extinction Rebellion, entendait « dénoncer les ravages de l’agriculture intensive que le syndicat défend avec acharnement au mépris de la régénération des sols, des agriculteurs », puis demander « un débat national à l'occasion de la Présidentielle autour de la résilience alimentaire ». 

Salariés et élus sous le choc

Pour une organisation qui se présente comme « mouvement international de désobéissance civile non-violente pour opérer un changement radical afin de minimiser le risque d'effondrement écologique », les images de son opération dominicale tendent à montrer le contraire. Une vingtaine de ses militants a été embarquée par les forces de l’ordre.

Dans une vidéo qu'elle publie sur son compte Twitter, la FNSEA fait quant à elle état des dégâts subis - jets de peinture, vaisselle cassée, mobiliser dégradé... - et fait part dans un communiqué de son « indignation la plus ferme contre une action dont la violence a choqué les salariés et élus présents ».

« Cette action va à l'encontre du dialogue (…) que nous prônons au quotidien, dans le respect des opinions de chacun. Une telle action est d'autant plus intolérable dans le contexte d'un salon placé sous le signe des retrouvailles et qui doit sa notoriété de salon le plus visité de France grâce à sa convivialité et aux rencontres qu'il permet », a réagi la FNSEA.

Greenpeace s'en mêle aussi

A l'extérieur du salon, d'autres activistes ont aussi partagé leurs revendications. Il s'agit de militants de l'association Greenpeace qui ont déployé une banderole dénonçant la « dérégularisation des NBT (nouvelles techniques de sélection des plantes, ndlr), dans un nuage de fumée verte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde