Aller au contenu principal

Aucun élève ne manque à l’appel !

L’opération «Fermes Ouvertes» s’est déroulée du 23 au 27 mai derniers. Cette manifestation, créée par la FNSEA en 1990 a pour objectif de faire découvrir aux enfants et aux enseignants des classes primaires la réalité du métier d’agriculteur.

© AAP


Au niveau national, ce sont plus de 2 000 exploitants qui ont reçu 50 000 élèves cette année. Dans la Somme, à l’initiative de la FDSEA, et grâce au concours de l’inspection académique, cinq exploitations ont accueilli plus de 350 élèves dans leurs fermes.
Marie-Françoise Lepers de Belloy-sur-Somme, a reçu l’école d’Ailly-sur-Somme. Au cours de leur visite, les enfants ont pu arpenter l’exploitation et découvrir le troupeau de vaches allaitantes et de vaches laitières. L’exploitation, quant à elle, était parsemée de panneaux ludi­ques pour différencier les races de vache, leur spécificité, leur production. D’autres panneaux présentaient les différents métiers que pratique un agriculteur, comme celui de producteur, gestionnaire, vétérinaire, mécanicien ou technicien.
Anne Sophie Niquet de Belloy-sur-Somme avait aussi ouvert son ex­ploitation pour la circonstance. Les en­fants, dès leur arrivée, ont pu découvrir un petit veau qui venait de naître. Puis, Anne Sophie leur a expliqué en quoi consistait la production laitière et de quoi les vaches laitières se nourrissaient. Elle a pris ensuite le rôle de maîtresse, et a interrogé les enfants sur les pulpes sèches. «C’est quoi çà ?» Les enfants ont répondu naïvement : «Bah, ce sont des croquettes.» Elle a ensuite expliqué la culture de la betterave sucrière et tous les dérivés que l’on pouvait valoriser pour nourrir les animaux.
Annie Bourgois de Demuin, qui n’est pas une éleveuse, pratique l’arboriculture sur son exploitation, depuis pas mal d’années. Elle dispose d’une plantation d’environ 10 000 pommiers sur 13 hectares. Les écoles de Berteaucourt-les-Thennes, Démuin et Méharicourt ont fait le déplacement pour venir découvrir le mode de production du cidre. Cela a permis à Annie Bourgois de leur faire comprendre tout le cycle biologique de la pomme à cidre jusqu’à la récolte. Isabelle Corniquet a reçu à Fleury l’école d’Oresmaux. L'exploitation se trouvant proche du silo de la coopérative, cela a permis à Isabelle de présenter les différentes cultures de l’exploitation : colza, escourgeon, blé et betteraves. Elle a pu parler de leurs dérivés et de leur commercialisation. La visite s’est poursuivie avec la présentation de la production laitière et par l’émer­veillement des enfants pour le petit veau dans le troupeau, arrivé dans la nuit.
Les écoles primaires de Friville-Escarbotin et de Mers-les-Bains se sont rendues chez Isabelle Brunet à La Molière, hameau de Cayeux-sur-Mer. Cela fait plus de dix ans que l’exploitation ouvre ses portes pour l’événement. Régis, son mari, et son fils Edouard, étaient également présents. Ce n’est pas moins de 80 élèves divisés en trois groupes, qui ont découvert l’exploitation située dans les Bas Champs. Isabelle a pris plaisir à expliquer aux moyennes et grandes sections de l’école de Mers-les-Bains toutes les productions de l’exploitation, que ce soit l’atelier de taurillons, l’atelier de porcs, les vaches allaitantes et les vaches laitières. «Pourquoi les veaux ont des boucles d’oreilles ?», a demandé une élève. Et Isabelle de répondre : «Lors de votre naissance, votre papa et votre maman vous ont inscrits sur un registre à la mairie qui a été retranscris sur le livret de famille. Chez nous, c’est pareil avec les animaux qui naissent de notre élevage. Tous sont enregistrés dans l’ordinateur sur un fichier, et leur identification est matérialisée par deux boucles tout le long de leur vie.» Ensuite, passage à la salle de traite, où les enfants ont très apprécié ses explications sur l’hygiène et le fonctionnement de la machine à traire. Elle l’a mise en route pour que les écoliers puissent mettre le doigt dans les manchons trayeurs et se rendre compte de l’aspiration exercée sur la pie de la vache au moment de la traite. Surpris, les enfants se sont prêtés au jeu.
Grâce au travail en amont, toutes ces visites de classes ont permis aux exploitants de faire découvrir leur métier, d’expliquer l’origine de leurs produits et leur travail au quotidien pour les futurs consommateurs de demain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde