Aller au contenu principal

Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation

L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe en fédérale 2. Rencontre avec Aude Sorel, une de ces Licornes, agricultrice de métier.

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
© Alix Penichou

Quand elle ne travaille pas la terre, Aude Sorel la foule de ses crampons. L’agricultrice de vingt-cinq ans, qui reprendra d’ici un an les rênes de l’exploitation de polyculture de son père, à Courcelles-sous-Moyencourt, est aussi une des Licornes d’Amiens. Oubliez la corne, la crinière et les paillettes. Imaginez plutôt les chaussettes hautes, le short et le maillot jaune et bleu, couleurs du RCA (Rugby club amiénois). Elle fait partie de l’équipe féminine amiénoise de rugby à XV, la seule de la Somme. 

«J’ai découvert ce sport pendant mes études au lycée du Paraclet et j’ai vite accroché. Quand je suis revenue dans la Somme, après plus d’un an au Canada et en Nouvelle-Zélande, j’ai pensé à m’inscrire dans un club. J’ai hésité un moment, parce que l’effet de groupe m’impressionnait. Mais, au final, les filles sont super accueillantes», témoigne-t-elle. Depuis septembre, elle se rend donc à l’entraînement deux fois par semaine, et participe aux matchs certains dimanches. 

Elle porte en général le numéro 6 ou 7 (troisième ligne aile). Parfois appelés «flankers», ces postes sont occupés par des joueurs à la fois puissants et mobiles, très bons plaqueurs pour défendre efficacement sur l’adversaire. «Il faut avoir envie de se défoncer sur le terrain, sourit la jeune joueuse. Mais je sais que je dois encore beaucoup progresser, notamment en technique de passe.» 

 

As du plaquage 

L’équipe est composée d’«anciennes», adeptes du ballon ovale depuis des années, et de nouvelles, encore novices, mais toutes pleine d’envie. «Ce sport est accessible à tous les gabarits, du moment qu’on a l’esprit compétitif.» «Aude fait partie de nos joueuses débutantes qui impressionnent par leur vitesse de progression, assure Marion Puiraveau, une des entraîneuses. Elle a tout de suite trouvé sa place dans les plaquages.» La soif de victoire n’entache en rien la cohésion du groupe de filles, issues de tous les milieux. «Tout le monde vient se détendre au rugby, alors l’ambiance est toujours bonne. En rejoignant le club, je cherchais aussi à intégrer un nouveau groupe social. C’est réussi», se réjouit Aude. «Présente, disponible, ouverte… Le super état d’esprit d’Aude participe au bon fonctionnement de l’équipe», soutien son entraîneur.

 

«Nourrir la planète est valorisant»

Coriace, Aude l’est aussi dans sa vie professionnelle. «J’ai toujours aidé mon père à la ferme, mais je n’étais pas certaine de reprendre. Je me suis donnée un an de travail à temps plein ici pour savoir si ça me correspondait. Ça fait désormais deux ans, et je suis toujours ici, pleine d’envie.» L’installation est prévue en janvier 2023, lors du départ à la retraite de Bruno. L’enjeu : 170 ha de céréales, betteraves, pommes de terre fécule et lin, production qu’elle apprécie particulièrement. «Je me sens bien dans les champs. Contribuer à nourrir la planète et à façonner l’environnement est hyper valorisant.»

Ce qu’elle pense des critiques, de plus en plus dures, des pratiques agricoles ? «Si tu y crois vraiment, et que tu as envie de mener un projet, tu peux avoir un vrai impact et prouver que l’agriculture contribue à la préservation de l’environnement et de la société.» Elle en est consciente, un tel engagement peut impliquer des changements de pratiques. «On a rien sans rien.» Elle aimerait plus que tout pouvoir maîtriser une production de A à Z. «Je pourrais ainsi le faire avec mes valeurs.»

 

Une équipe qui fait rêver

© RCA

Alors qu’elles faisaient partie des outsiders sur le papier, les Licornes épatent. «Voilà quatre ans que l’équipe est en reconstitution», explique Marion Puiraveau, ex-joueuse désormais entraîneuse. Cette année, les Licornes ont bénéficié d’un nombre conséquent de nouvelles recrues, de tous âges et de tous horizons, et comptent désormais une quarantaine de licenciées. Après de longs échanges, décision a été prise de passer du rugby à X au rugby à XV. «Avec une grosse part de débutantes, c’était quitte ou double. Et finalement, ça fonctionne bien !» 
Objectif de début de saison ? «Se faire plaisir à XV. Et c’est déjà atteint.» Les filles lorgnent désormais sur une deuxième ou troisième place des phases de poule. «On a besoin de construire le collectif sur le long terme.» Leurs principales qualités ? «On a une grosse force d’impact au niveau défensif, avec un engagement tel qu’on arrive à gêner des équipes favorites, comme Arras», analyse Marion. Niveau offensif, pas de quoi rougir non plus. «Les joueuses ne se mettent pas de pression. Elles prennent du plaisir et marquent régulièrement des essais.» Elles travaillent désormais à améliorer leur qualité de passes et la défense du jeu. Le dernier match de l’année, gagné 41 à 0 face à l’entente de l’Oise le 12 décembre, a gonflé les Licornes à bloc pour 2022.

 

Un calendrier 2022 bien à elles

© RCA


La force des Licornes d’Amiens ne se chiffre pas en essais, en effectif ou en statistiques. «Si vous êtes déjà venus nous voir jouer, vous vous êtes sûrement fait la même remarque qui revient si souvent à nos oreilles : cette équipe rayonne. De sourires, de rires, de bonne humeur, d’amitié, de soutien, d’envie. C’est de cette énergie et cette bienveillance que nous espérons vous accompagner chaque mois de l’année à venir», annoncent-elles dans leur calendrier 2022.
En 2013, les joueuses avaient osé un calendrier dénudé. Pour la reconstitution de l’équipe à XV, elles ont réitéré le concept, avec cette fois des portraits en noir et blanc tirés par des joueuses, qui reflètent la dynamique du groupe. Ce calendrier, affiché à 5
, est disponible à la maison de la presse, dans la galerie des Jacobins, à Amiens, ainsi qu’au club-house du RCA, rue Saint-Fuscien. 
Prochains matchs : Arras-Amiens le 23 janvier, Reims-Amiens le 6 février, Amiens-LORC (L’Ovale Racing Club Marquettois) le 20 février, Tourcoing-Amiens le 6 mars, Amiens-Griffons Oise le 20 mars.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Ynsect et Pompili
Ÿnsect au petit-déjeuner de ministres européens
La ministre française de la Transition écologique invite ses homologues européens à découvrir le chantier quasi-achevé de l’usine…
SIA
SIA 2022 : « Mon souhait est de le maintenir », déclare Julien Denormandie
Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, ne s’est pas franchement prononcé ce mardi 4 janvier sur la tenue de la 58
Yann Joly espérait faire reconnaître le «trouble de voisinage» causé par les éoliennes sur son troupeau. Le TGI de Paris l’a débouté, mais il souhaite faire appel.
Yann Joly, débouté, poursuit son combat face au parc éolien
Après l’audience du 16 novembre dernier, le tribunal judiciaire de Paris a rendu son verdict : Yann Joly, qui a vu son troupeau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde