Aller au contenu principal

Sports mécaniques
Avant d’être sur les routes, l’éthanol a marqué les pistes du Dakar

Bien avant que le bioéthanol ne fasse la Une de nombreux médias, un agriculteur pionnier du Pas-de-Calais a apporté sa contribution au développement de ce carburant vert en participant à plusieurs courses d’endurance et rallyes-raid, dont le Dakar, au guidon d’une moto. C’était il y 33 ans.

A 70 ans, Christian Dequidt est « rangé des bécanes » depuis plusieurs années. Il faut dire que sa dernière participation à un rallye-raid – le Paris-Dakar en 2007 – lui a coûté cher… physiquement. Avant cela, il s’est aligné au départ de plusieurs éditions de l’Enduro du Touquet sur les plages de la Côte d’Opale – l’épreuve a depuis été rebaptisée L’Enduropale - et emprunté quatre fois les pistes d’Afrique du Nord dans le cadre du Paris-Dakar. Sa particularité ? Rouler au volant d’une moto carburant à l’éthanol.

Sa première participation à une course de moto, c’était en 1988. Sans budget – les sports mécaniques coûtent cher -, il prend son bâton de pèlerin et aidé par un ami, se lance dans la recherche de soutiens. Sa machine, préparée par un concessionnaire installé dans le Ternois, est une Honda 250 CR dans le réservoir de laquelle il incorpore de l’éthanol. Sur son casque, une betterave en polystyrène le rend identifiable parmi les autres concurrents.

Pour sa première participation à l’Enduro du Touquet, où 1200 pilotes s’affrontent, il termine la course à la 530èmeplace. C’est déjà un succès. Et les participations s’enchaînent. Il prendra le départ de 18 Enduros. Son parcours, visiblement, plait : « Avant ma première participation à l’Enduro, je n’avais jamais fait de cross, assure-t-il. Mon résultat a suscité un enthousiasme qui s’est confirmé au fil des courses ». Se présentant comme « anxieux, stressé », l’agriculteur veut aller au bout de chacune de ses aventures, avec l’idée de montrer que la betterave est une plante capable de répondre à un certain nombre d’enjeux, dont celui de la transition énergétique : « J’ai été présenté partout comme l’agriculteur roulant au jus de betterave. Je voulais à tout prix réussir pour ne pas avoir l’image de celui qui a signé l’échec de l’éthanol », explique-t-il.

Des débuts difficiles

Bien que le succès sportif ne soit pas à chaque fois au rendez-vous, avant et pendant chacune de ses courses, les médias lui courent après. Les débuts ne sont pourtant pas faciles. A l’écouter, on peut même dire que les soutiens étaient frileux, mais il remercie encore aujourd’hui ceux qui ont cru en lui. Christian Dequidt tient bon, fidèle à lui-même et à ses convictions : « J’ai toujours eu un discours vrai et sincère ».

En 2001, changement de dimension et de décor. Le paysan motard veut s’attaquer à une course mythique, le Paris-Dakar, pour donner une autre dimension à son engagement en faveur du carburant vert. La coopérative Unéal et son président Louis Ringô lui apportent un soutien majeur pour sa deuxième participation en 2002. « Louis Ringô avait eu un discours qui m’a touché à l’époque, se souvient M. Dequidt. Il m’a assuré que je ne partirai pas sans le soutien de la coopérative ». En 2003, il signe sa troisième participation à la course mythique, au guidon de la même moto et toujours avec son « jus de betteraves » dans le réservoir.

Quatre participations au Paris-Dakar

En 2006-2007, alors que certains politiques et syndicalistes agricoles – la ministre de l’écologie Dominique Voynet et le leader de la Confédération paysanne, José Bové en tête -, « tirent à boulets rouges sur l’éthanol », Christian Dequidt remet le couvert avec une quatrième participation au Dakar. Un grave accident le condamnera à abandonner la course. Polytraumatisé, il ne regrette pas pour autant l’expérience. Avec le recul, il dit ne « rien regretter », même si le succès de son engagement a pu le dépasser : « Honnêtement, je ne pensais pas qu’on en parlerait autant… »

A-t-il le sentiment de surcroît d’avoir « fait bouger les lignes » ? « Je n’en sais rien. Ce qui est sûr, c’est que d’autres gens plus brillants que moi se sont saisis du sujet. Je suis admiratif de ceux qui ont investi pour le développement de ce carburant. J’ai réussi à faire toucher du doigt au grand public ce qu’est l’éthanol, mais mon mérite s’arrête là. Ma cible, c’était les gens des villes et en ce sens, je crois que j’ai réussi ». 

Une voiture à l’éthanol sur le Dakar 2022

Le Dakar 2022 s’est élancé le 1er  janvier d’Arabie-Saoudite. Créé en 1979 par Thierry Sabine, le Dakar s'engage dans un vaste programme rassemblant l'ensemble des acteurs du monde du rallye raid afin de n'accueillir dès 2030 que des véhicules propulsés par des énergies à faible émission. Ainsi, une catégorie auto et camion hybrides (catégorie T1-E) est créée dès 2022 et l’entrée des véhicules à hydrogène est prévue en 2023. Mais les véhicules roulant à l’éthanol ne sont pas en reste. Dès 2007, Christian Dequidt avait pris le départ à l’aide d’une moto roulant au bioéthanol. D’autres ont suivi. Pour l’édition 2022, Guerlain Chicherit et son copilote Alex Winocq disputent l'épreuve au volant d'un véhicule alimenté au bio-éthanol, préparé par leur propre équipe GCK Motorsport. Lors du prologue du 1er janvier, le duo a réalisé le 88èmetemps, après avoir perdu de précieuses heures suite à un problème électrique.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde