Aller au contenu principal

Avec Alain Popot : la Somme présente au concours Prim'Holstein

Alain Popot et son fils Marc vont représenter la Somme avec Fanfare dans le très relevé concours Prim'Holstein de Paris.
Alain Popot et son fils Marc vont représenter la Somme avec Fanfare dans le très relevé concours Prim'Holstein de Paris.
© AAP


Alain Popot élève avec son épouse cinquante-cinq vaches laitières à Vironchaux. Il présente cette année Fanfare au Salon de l’agriculture. Il y a déjà participé, mais c'était voici déjà quinze ans. Fanfare est la seule vache de race Prim’Holstein de la Somme qui ira cette année à Paris en espérant d'atteindre le podium.
Cette vache de trois ans et demi concourra lundi 24 février dans l'une des deux sections réservées aux vaches en deuxième lactation (2NA). Elle est née d’une mère issue du troupeau d’Alain Popot et d’un taureau américain : Shottle sélectionné par Bovec. Lors de sa première lactation, Fanfare a produit 9 000 litres à un taux butyreux de 37,5% et un taux protéique de 32,5%.
En octobre dernier, l’Upra Prim’holstein a sélectionné environ trois mille bovins de cette race susceptibles de participer au concours général de Paris. La moitié des élevages sélectionnés n'ont pu aller plus loin pour diverses raisons techniques. Après quatre pointages supplémentaires, Fanfare a été retenue en fonction de leur morphologie et de leur production de lait avec six autres congénères de la région Nord Pas-de-Calais Picardie.
Cent quinze vaches de race Prim’holstein se mesureront le 24 février. Elles sont réparties dans huit sections pour les vaches à robe noire et deux sections pour celles à robe rouge. Ces vaches seront présentes cinq jours au salon et laisseront ensuite la place au concours des lycées. Seulement cinq d'entre-elles issues des Pays-de-la-Loire resteront la totalité du salon afin de montrer la race aux visiteurs.
Chaque section compte normalement dix vaches. Si Fanfare arrive parmi les deux premières, elle pourra alors concourir pour le championnat. Sur la vingtaine de vaches, six d'entre-elles auront droit au titre de championne et une seule sera désignée championne de Paris 2014. Le jury fera son choix en fonction de la morphologie, la locomotion, la présentation et le pis de l'animal. Pour être à son avantage, Fanfare ne sera pas traité les jours précédant le concours.
Alain Popot, aidé de son fils Marc, a déjà présenté Fanfare en avril dernier à la foire agricole de Montdidier. Marc Popot, passionné de génétique comme son père s’est placé quinzième lors du concours européen de présentation en septembre dernier. Il a appris à préparer une vache pour un concours, la présenter et aménager le stand de présentation.
Il est aussi champion de France des lycéens pour le pointage de vaches laitières. C’est donc Marc qui présentera Fanfare au salon. «C’est grâce à mes deux fils, à leur aide, que je peux participer au concours cette année. Pour nous c’est avant tout un loisir et une passion» conclut Alain Popot.

L'élevage picard au salon

• Dans la Somme, en bovins, outre la Scea Popot à Vironchaux et le Gaec du Rossignol à Coigneux, l'élevage départemental est représenté au concours général de Paris par la ferme du Paraclet en race Rouge Flamande.
En ovins, Hervé Delbarre de Frucourt concourt en race Charolaise.

• Dans l'Aisne, deux élevages (l'Earl de l'Herbage comme titulaire et l'Earl Pruvost comme suppléant) ont été retenus en race bovine Rouge Flamande. Le département est présent aux concours ovins en race Suffolk et Texel.

• Dans l'Oise, l'Earl Notteboom à Morvillers participe au concours Prim'Holstein. Plusieurs élevages du département participent aux concours ovins en race Ile-de-France et Suffolk.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde