Aller au contenu principal

Avenir Conseil Elevage : un siège unique, des bassins de proximité

La coopérative de contrôle de performance et de conseil en élevage va s’installer en février à Cambrai.

© AAP

Dans moins de deux mois, en février prochain, la coopérative Avenir Conseil Elevage va s’installer à Cambrai. Tout juste un an après sa naissance. En effet, c’est en février 2012 qu’ELC3, coopérative de contrôle de performances et de conseil en élevage exerçant son activité sur la Picardie, et Nord Conseil Elevage, son homologue dans le département du Nord, ont fusionné au sein d’une nouvelle entité. Conséquence des regroupements, Avenir Conseil Elevage s’est retrouvé avec trois sièges : à Amiens, Laon et Le Quesnoy, ce qui n’est pas idéal pour la bonne gestion de l’entreprise. C’est pourquoi le conseil d’administration a souhaité ramener le siège social sur un seul site.

Positionnement central
«Le positionnement central du Cambrésis, au cœur des six bassins de production desservis par la coopérative, la proximité des autoroutes qui facilitent les relations entre ces bassins, nous ont très vite conduit à choisir Cambrai», a expliqué Alain Jumelle, président d’Avenir Conseil Elevage, lors d’une conférence de presse tenue le 13 décembre dernier à Cambrai, en présence des élus de la communauté d’agglomération. «Même si elle ne se situe pas dans une région où l’élevage est très présent, la ville de Cambrai n’est pas inconnue des éleveurs. C’est là qu’étaient organisés il y a quelques années les symposiums des éleveurs laitiers du Nord-Picardie, et ce fut aussi dans le passé le lieu de réunion de la Fédération interrégionale des contrôles laitiers du Nord-pas de Calais et de Picardie. Nous faisons donc en quelque sorte un retour au source», a ajouté Alain Jumelle.
La communauté d’agglomération de Cambrai a apporté son soutien, notamment financier, a l’implantation de l’entreprise. «C’est une opération gagnant gagnant pour le territoire», s’est félicité son président, François-Xavier Villain, soulignant sa «cohérence stratégique» avec le pôle d’excellence agro-alimentaire régional que la communauté préside actuellement.
Au total ce sont vingt cinq personnes, venant pour la plupart des sièges existants, qui seront basées au siège social de Cambrai. Elles doivent s’installer dans le bâtiment qu’Avenir Conseil Elevage rachète à Pôle Emploi qui fait construire de nouveaux locaux. Le chantier n’étant pas encore terminé, la communauté d’agglomération va mettre temporairement d’autres locaux à disposition d’Avenir Conseil Elevage.

Toujours proche des éleveurs
Les regroupements d’entreprises font toujours craindre une perte de proximité vis-à-vis de leur clientèle. «Nous sommes bien conscients de ce risque, c’est pourquoi nous avons pris les moyens de rester proche des éleveurs, tant à l’écoute de leurs besoins que physiquement sur le terrain», assure Isabelle Holvoet, directrice d’Avenir Conseil Elevage. Le territoire où s’exerce l’activité de l’entreprise a été divisé en six bassins de proximité (voir carte) où interviennent les agents de pesée et les conseillers. Dans chacun de ces bassins, sont implantées des antennes pour faciliter les relations entre les équipes d’Avenir Conseil Elevage et les éleveurs. Trois sont d’ores et déjà opérationnelles : Ouest Somme basée à Abbeville, Ouest Oise à Grandvilliers et Centre Picardie à Laon. Les antennes Avesnois Thiérache à La Capelle et Flandres à Hazebrouck doivent ouvrir à partir de septembre 2013. Les sièges de ces bassins se situent dans des localités où sont déjà présents d’autres organismes agricoles (chambre d’agriculture, centre de gestion, etc.), car «le partenariat est une notion chère à Avenir Conseil Elevage», souligne Isabelle Holvoet. Le souci de la proximité se traduit aussi dans la mise en place d’un réseau d’une centaine d’éleveurs, répartis dans chacun des bassins, et qui sont les intermédiaires entre la base et le conseil d’administration de la coopérative.

REPERES

Avenir Conseil Elevage c’est :
• 24 administrateurs
• 206 salariés
• 2784 élevages adhérents sur 4 départements
• 67% des producteurs de lait
• 148 500 vaches laitières présentes
• 4 200 vaches allaitantes

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde