Aller au contenu principal

Littoral
Avifaune : prière de laisser nicher tranquille sur les plages

En se promenant sur les plages du littoral, on peut malencontreusement marcher sur des œufs. Plusieurs organisations de protection de l'environnement mettent
en garde les promeneurs sur le risque d'abimer les nids d'espèces migratrices d'oiseaux.

Ponte de Gravelot à collier interrompu à Cayeux-sur-Mer, au sein du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale.
Ponte de Gravelot à collier interrompu à Cayeux-sur-Mer, au sein du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale.e de Gravelot à collier interrompu à Cayeux-sur-Mer, au sein du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale.
© Sylvain Dromzée / OFB

Avec le retour du printemps, de nombreuses espèces migratrices d'oiseaux trouvent sur le littoral français des endroits de rêve pour nicher. Ainsi, il n'est pas rare de croiser gravelots à collier interrompu, grands gravelots, sternes naines, huitrier-pie et autres oiseaux du bord de mer survoler les plages de sable et de galets afin de se poser pour y pondre quelques œufs. Mais pour ces espèces, miser sur le littoral pour le futur de leur progéniture n’est pas sans risque : piétinement par les promeneurs, écrasement de nids ou encore prédation par des chiens errants… Afin de les protéger, chaque année à cette époque de l’année, plusieurs organisations de protection de l’environnement parmi lesquelles le Conservatoire du littoral, l’Office national des forêts, l’Office français de la biodiversité (OFB), la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et Rivages de France organisent l’opération «Attention, on marche sur des œufs». Cette opération à caractère national vise à sensibiliser le grand public sur le fait que si les plages et cordons dunaires sont des espaces de promenade et de loisirs, «elles sont également l’habitat de nombreuses espèces protégées». Ainsi, poursuivent ces organisations, «chacun est invité à regarder où il met les pieds lorsqu’il se promène sur les plages à un moment où la nature se réveille».

Un nid sur le sable

Selon Valentin Meterau, chef de projet environnement et littoral à l’ONF, «les animaux qui sont les plus touchés par la fréquentation touristique sont notamment les gravelots qui nichent en haut des plages, à la frontière de la dune». D’autres espèces sont aussi concernées à l’image de l’huitrier-pie qui niche plutôt sur des côtes rocheuses ou sur des îles. Si certaines espèces prennent soient de «cacher» leur lieu de ponte, les nids d’autres oiseaux peuvent être parfois très simples. Quelques cailloux placés au bon endroit, une légère dépression dans le sable suffisent. «Les œufs se confondant aux galets et au sable, ce camouflage vise à les protéger des prédateurs», assurent ainsi les experts en ornithologie. Mais lorsque ces nids sont découverts, les conséquences peuvent être terribles : œufs écrasés, nichées piétinées, poussins séparés de leurs parents, voire dévorés par les chiens non tenus en laisse... 

Sensibiliser pour cohabiter

Pour éviter la destruction de nids, même involontaire, un balisage «à caractère pédagogique» peut être mis en place... à condition qu’ils aient été repérés préalablement. L'objectif ? Les exclure du parcours des sentiers et accès publics, et ainsi éviter un maximum de dérangement. De cette manière, Conservatoire du littoral, l’Office national des forêts, l’Office français de la biodiversité (OFB), la Ligue de protection des oiseaux (LPO), Rivages de France et leurs partenaire locaux rappellent que «la cohabitation avec l’homme est possible si l’on intègre la présence de ces espèces et que l’on se mobilise collectivement pour les protéger durant cette période critique de nidification».

Les bonnes pratiques pour éviter de perturber la nidification

• Vérifier que l’accès au site du littoral est autorisé
• rester sur les sentiers balisés
• tenir strictement votre chien en laisse
• éviter de fréquenter les hauts de plage, les dunes de sable ou végétalisées en arrière-littoral
• s’éloigner d’un nid occupé
• éviter les zones balisées avec une signalétique propre à l’opération
• ramasser les déchets
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde