Aller au contenu principal

Aviko confirme son appétit pour la pomme de terre française

Le démarrage de l’activité d’une nouvelle usine de transformation de pommes de terre à Poperinge (B) par le néerlandais Aviko ouvre des perspectives aux producteurs du grand nord de la France.

Président de l’association PPA, Alain Dequeker a vanté lors de son assemblée générale les relations constructives entre le groupement et l’industriel hollandais, appelant également ce dernier à faire en sorte que «chacun gagne sa vie» et à tenir des évolutions sociétales.
© V. F.

Pour alimenter une nouvelle usine de fabrication de frites et de flocons, il faut de la matière première et c’est en France que l’industriel néerlandais vient la chercher. Même s’il explique qu’il aurait «préféré» que cette implantation ait lieu sur le sol français plutôt qu’à Poperinge, le président de l’association Producteurs pour Aviko (PPA), Alain Dequeker était enthousiaste la semaine dernière à l’évocation des perspectives que cet investissement crée pour la filière française. En résumé, «Aviko est à la recherche de surfaces et de producteurs, en France, comme en Belgique», a-t-il exposé. Et cela tombe bien car, toujours selon M. Dequeker, «il y a encore de la place». À Ramecourt (62), milieu de semaine dernière, le groupement PPA tenait sa quatrième assemblée générale. C’est cette organisation qui assure le lien entre Aviko et les producteurs fournisseurs de l’industriel. Aux Pays-Bas, PPA a une structure homologue sous le nom de ATC.

700 000 tonnes transformées en 2025

Jusqu’au démarrage de l’usine de Poperinge il y a quelques jours, les pommes de terre produites par les adhérents de l’association PPA étaient jusqu’alors destinées à approvisionner l’usine Aviko de Proven, soit servaient l’activité de négoce d’Aviko. Adossé au groupe coopératif Cosun, Aviko n’est pas forcément le plus connu des industriels de transformation de pommes de terre, bien qu’il occupe la deuxième place au niveau européen après… McCain. S’il a décidé d’investir maintenant – le projet était en discussion depuis 2013 –, c’est la ville de Poperinge qui a été choisie pour sa proximité avec une zone de production historique, des infrastructures routières et maritimes proches et un savoir-faire dans la culture de la pomme de terre. L’usine traite actuellement 200 tonnes de tubercules par semaine mais envisage d’atteindre les 7 000 tonnes par semaine d’ici un an. Actuellement (2021), les besoins de l’industriel sont de 100 000 tonnes mais devraient progressivement «monter» à 300 00 tonnes en 2022, 350 000 tonnes en 2023 et jusqu’à 700 000 tonnes en 2025. Aviko appuie son développement sur une croissance du marché mondial des produits à base de pommes de terre qu’il estime à 17,3 millions de tonnes de produits finis en 2025 contre 13,3 millions de tonnes aujourd’hui. 

«Être meilleur que les autres»

En ce qui concerne les contrats 2022, «les discussions n’ont pas encore commencé avec les responsables de PPA, mais cela devrait arriver incessamment», indiquait François-Xavier Broutin le
25 août dernier. Toutefois, une chose semble acquise : «Compte tenu du contexte (à la fois sanitaire et industriel, ndlr), les prix de contrats vont augmenter», a-t-il dit. Une augmentation comprise entre 15 et 20 E par tonne pourrait constituer la base des futures négociations. Dans les arguments mis en avant pour convaincre de nouveaux producteurs de s’engager, le responsable approvisionnement France-Belgique cite en vrac «la mise en place de contrats-hectare – ce serait alors une nouveauté –, des débouchés variés, un paiement à trente jours, un département agronomie aux côtés des producteurs», un esprit de dialogue en cas de litige… En ce qui concerne les contrats pluriannuels, enfin, «la porte n’est pas fermée», a ajouté François-Xavier Broutin. Qui rappelle toutefois que «le principe d’un contrat pluriannuel est de s’engager sur des termes fixes pour plusieurs années». Dans un marché concurrentiel, où les industriels ont l’habitude de s’observer et de se tirer la bourre, Dick  Zelhorst, le directeur d’Aviko Potato sait qu’il doit faire preuve d’ingéniosité (et de générosité) pour séduire, après avoir entendu autant de louanges que de griefs de la part des représentants du groupement PPA : «Si nous voulons attirer chez nous des producteurs, à nous d’être meilleur que les autres», a-t-il admis.

PPA et Aviko musclent leurs équipes 

Signe que PPA et Aviko croient en leur destinée commune, chacun a annoncé des recrutements lors de l’assemblée générale de l’association de producteurs. Pour le premier, il s’agit «d’élargir le conseil d’administration et la zone géographique d’approvisionnement», a souligné Didier Lombart. Pour l’industriel, c’est son équipe «terrain» qui compte de nouveaux profils d’ici quelques jours. Producteur en Seine-Maritime, «près de Dieppe», sous contrat depuis cinq ans avec Aviko, David Deprez rejoint ainsi le conseil de PPA en tant qu’administrateur et représente la région Normandie. Avant son élection en qualité d’administrateur, il était chargé d’animer un groupe baptisé «index» au sein duquel des producteurs réfléchissent à la manière et à la pertinence d’un contrat indexé sur les coûts de production. Producteur à Saint-Just-en-Chaussée, dans l’Oise, engagé avec Aviko depuis trois ans, Damien Renard est quant à lui accueilli comme administrateur stagiaire. Avec un conseil d’administration de neuf membres, contre sept auparavant, l’association PPA reste toutefois «une structure légère», selon les mots et la volonté de son président : «On souhaite autant que possible s’appuyer sur l’existant, a défendu Alain Dequeker. C’est pour cela que nous profitons d’un accompagnement de l’UNPT sur le plan administratif comme pour l’animation, que nous proposons l’abonnement au Quali’conseil…» Du côté d’Aviko, trois recrutements ont eu lieu au cours des dernières semaines, donnant lieu à des «transferts» d’entreprises à une autre : Agathe De Breyne (Groupe Wecxsteen-Le Comptoir du plant), Thibaut Ricour (coopérative de Vecquemont) et Arnaud Vittu (Clarebout) viennent renforcer l’équipe d’agents de plaine jusqu’alors composée de Franck Martinache et Hugues Vandenberghe. La représentation française d’Aviko devrait aussi prochainement s’installer «physiquement» dans les Hauts-de-France en emménageant dans les ex-locaux du Comité Nord Plants à Beaurains, dans l’Arrageois. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde